Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/01/2011

Le groupe statuaire de Béziers

Dans ma précédente note je vous ai présenté le musée Saint-Raymond de Toulouse, lorsque vous le visiterez vous y verrez une dizaine de bustes antiques provenant de Béziers. Cette découverte archéologique exceptionnelle a été effectuée en avril 1844, au coeur de la ville de Béziers dans le secteur ou se situait le forum antique de la ville.

 

IMG_4803.JPG

Le groupe statuaire exposé au musée des antiques.

 Ces portraits antiques en marbre ont été découverts dans la cave de la maison d'un certain monsieur Gasc, lequel heureux propriétaire a refusé les offres d'achat des sociétés savantes de Béziers, de Narbonne et de Montpellier et a décidé de les vendre à la société archéologique du Midi de la France installée à Toulouse. Ainsi elles sont venu compléter en 1845 la collection déjà très riche de portraits du musée de Toulouse. 

 

IMG_4780.jpg

Tête de Drusus le Jeune.

Drusus le Jeune (15 ou 12 av. J.-C.) fils de Tibère et de Vipsania Agrippina. Drusus resta le seul successeur désigné de Tibère après la mort de Germanicus.

 

IMG_4784.jpg

Tête de Tibère.

Tibère (42 av. J.-C.-37 ap. J.-C.), fils de Livie et de Tiberius Claudius Nero, empereur de 14 à 37.

 

IMG_4788.jpg

Tête d'Octave-Auguste.

Ce portrait est l'un des deux plus anciens conservés d'Octave (63 av. J.-C.- 14 ap. J.-C.). L'arrière de la tête, initialement voilé, permet de se demander si Octave n'était pas représenté ainsi en tant que fondateur de la Colonia Urbs Iulia Baeterrae (Béziers)

 

 

IMG_4791.jpg

 

Tête de M. Vipsanius Agrippa.

Agrippa avait épousé, en 21 avant J.-C., Julie la fille d'Auguste qui lui donna deux filles (Julie et Agrippine l'Ancienne) et trois fils (Caius et Lucius César, les "Princes de la Jeunesse" promis à la succession d'Auguste mais décédés prématurément, et Agrippa posthumes.).

 

IMG_4793.jpg

Tête de Julie.

Julie (39 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.) fille d'Auguste et de Scribonia, épouse de Marcellus, neveu d'Auguste, puis d'Agrippa, enfin de Tibère avant qu'elle ne soit exilée en 2 av. J.-C. On remarquera la coiffure à large nodus frontal, caractéristique du dernier tiers du Ier siècle av. J.-C. 

 

IMG_4797.jpg

Tête d'Antonia Minor.

Antonia Minor (36 av. J.-C. - 37 ap. J.-C.) fille cadette de Marc Antoine et d'Octavie, épouse de Drusus l' Ancien, mère de Germanicus et de Claude, grand-mère de Caligula.

 

IMG_4795.jpg

Tête d'Agrippa Posthumus.

Agrippa Posthumus (12 av. J.-C.-14 ap. J.-C.) , fils cadet d'Agrippa et de Julie. Adopté par Auguste en 4, rival possible de Tibère pour l'accès au sommet de l'Empire, il fut assassiné sur l'ordre de ce dernier dans une villa de Campanie ou il avait été relégué.

 

IMG_4799.jpg

Tête colossale d'Antonin le Pieux.

Antonin le Pieux (86-161), empereur de 138 à 161. L'oeuvre, inachevée, porte de nombreuses traces d'outils (pointe, trépan, gradine, ciseau). Elle était prévue pour prendre place sur une statue colossale de l' empereur dont le règne marque l'apogée de l'Empire. Antonin le Pieux était issu d'une famille originaire de Nîmes.

 

IMG_4786.jpg

Tête de Livie.

Livie (58 av. J.-C.-29 ap. J.-C.), épouse en secondes noces d'Auguste, mère de Tibère et de Drusus l'Ancien. La coiffure en bandeaux ondés ramenés vers un chignon renvoie à la statuaire idéale grecque. Elle n'apparut qu'après la mort d'Auguste sur les portraits de Livie, lorsque celle-ci devint prêtresse du culte de Divus Augustus.

 

IMG_4801.jpg

Tête d'une petite fille (Agrippine l'Ancienne ?).

Dernier tiers du Ier s. av. J.-C. La coiffure de la fillette, proche de celle de Julie, avec le "nous" frontal prolongé d'une natte, permet de dater l'oeuvre de la fin du Ier s. av. J.-C. 

 

A l'origine il ne s'agissait pas de bustes mais de statues en pied. Ce groupe statuaire devait être encore plus important à l'époque. Exposé sur le forum, la grande place publique de l'antique Béziers, il s'est constitué tout au long des règnes d'Auguste et de Tibère, au Ier siècle de notre ère, par apports successifs. L'excellente conservation du marbre permet d'imaginer les statues à l'intérieur d'un édifice et non sur la place elle-même.

En se faisant représenter entouré de ses proches, à Rome et sur les forums des cités provinciales, Auguste veut affirmer sa volonté de voir régner sa descendance. Cette volonté sera perpétuée par ses héritiers.

 

Notice à partir des documents du Musée Saint-Raymond de Toulouse. Les statues de Béziers sont visibles au 2ème étage dans la salle Tolosa en Narbonnaise.

Place Saint-Sernin

31000 Toulouse

www.SaintRaymond.toulouse.fr