Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/06/2013

Le musée Fleury de Lodève

SAM_0287.jpg

 

Le musée de Lodève est installé dans un hôtel particulier des XVIe et XVIIe siècles, maison natale du cardinal de Fleury qui fut le principal ministre de l'Etat sous Louis XV. Le bâtiment s'articule autour d'une cour centrale qui est ornée d'un pavage de galets. Le bâtiment est classé au titre des monuments historiques. Le rez-de-chaussée sert de lieu d'exposition d'oeuvres d'art et une salle présente des stèles discoïdales qui ont été découvertes à Usclas-du-Bosc.

Mais le plus grand attrait de ce musée se situe à l'étage ou l'on pourra y découvrir la très grande richesse géologique et paléontologique du lodévois. L'autre atout majeur de ce musée est représenté par les collections d'archéologie préhistorique avec des centaines d'objets et de vases qui ont été trouvés dans les nombreuses grottes et monuments mégalithiques de cette région de Lodève.

DSC_0301.jpg

La cour pavée.

C'est en 1987 que ces collections ont été présentées au musée Fleury. Auparavant c'est dans la chapelle des Carmes qu'étaient réunis ces trésors depuis 1963. Et il convient de mentionner et de rendre hommage à celui qui est à l'origine de cette importante collection et dont on se demande bien pourquoi son nom n'est jamais cité dans la présentation officielle des collections du musée.

Ce monsieur à qui l'on doit ces belles découvertes s'appelait Charles Bessière, j'ai eu la chance de le rencontrer lorsqu'il était conservateur du musée Audibert qui était alors installé dans la chapelle des Carmes. Selon Georges Demathieu de l'Université de Bourgogne Charles Bessière est le premier a avoir  découvert dès 1960  des empreintes de pas de dinosaures dans les causses du sud de la France.

DSC_0159.JPG

Vitrines présentant la géologie. 

Le Lodèvois est connu des géologues et des paléontologues pour ses terrains de couleur rougeatre appelés localement  "ruffes" qui ont livré autrefois lors de l'exploitation de carrières à Rabejac ou lors des travaux liés à la recherche de l'uranium, de nombreuses empreintes de pas de reptiles, mais aussi des végétaux, des empreintes de gouttes d'eau et plus rarement des ossements de vertébrés. On y a aussi découvert des empreintes de libelulles géantes. Ces terrains datent d'environ 290 millions d'années, ils correspondent à la fin de l'ère Paléozoïque, étage du Permien. Le musée de Lodève présente de nombreuses pièces de cette période géologique.

trilo.jpg

Trilobite Niobella fourneti dans un nodule de l'Ordovicien de Péret.

lodeve.jpg

Conifère (Octavia hypnoides), les Tuilières, Autunien gris de Lodève.

DSC_0213.JPG

Cônes de conifère type Walchia.

DSC_0215.jpg

Empreintes de Dimetropus nicolasi, Saxonien de Rabejac.

 

 

DSC_0218.jpg

Tibia droit d'Onchiodon (Amphibien) sur un fragment de dalle du Permien de Lodève.

DSC_0204.jpg

Empreinte et contre-empreinte de Triopsidés (crustacés).

DSC_0202.jpg

Empreintes de pas d'un animal marchant à petits pas dans l'eau (Salichnium pectinatus).

DSC_0197.jpg

Vitrines présentant divers fossiles, du Carbonifère supérieur au Jurassique.

Il y a environ 250 millions d'années des ancètres des crocodiles ont laissé leurs empreintes de pas sur des fonds marécageux. Au Nord de Lodève, près de Fozières des contre-empreintes de pas de Cheirotherium ont été trouvées dans des blocs de grès (sable consolidé en une roche très dure). 

chiro.jpg

Contre-empreintes de pas de Chirotherium barthii, Trias moyen de Fozières.

On peut aussi voir dans le musée des fossiles du Secondaire, ammonites, crocodilien, ichtyosaures ainsi qu'une vitrine présentant des vertébrés quaternaires.

DSC_0181.jpg

Fragment de palais de Teleosaurus sp. (crocodile marin) du Jurassique inférieur.

DSC_0183.jpg

Côtes d'Ichtiosaurus (reptile marin).

DSC_0275.jpg

Défense d'éléphant.

Le musée présente aussi des collections importantes d'archéologie, préhistoire (période néolithique) antiquité, ainsi que des stèles discoïdales. 

DSC_0269_2.jpg

Vases à cordons néolithiques.

DSC_0240.jpg

Vase orné de pastilles au repoussé.

DSC_0282.jpg

Vitrines présentant la période antique.

DSC_0281_2.jpg

Céramique sigillée de la Graufesenque.

DSC_0284.jpg

Stèles discoïdales.

Pour visiter le musee de Lodève :  le-musee-pratique

(Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur)

17/06/2013

Excursion archéologique à Saint-Rémy-de-Provence

L'ASPAHC organise une excursion archéologique dans les Bouches-du-Rhône le 30 juin 2013. Cette sortie permettra de découvrir la cité antique de GLANUM au pied des Alpilles. Cette cité antique de l'empire romain a connu son apogée à l'époque du premier empereur romain Auguste. C'était auparavant une cité grecque -Glanon- vouée à un dieu guérisseur.img02.jpg

Les Antiques, arc et mausolée.

A l'entrée du site on pourra découvrir l'arc de triomphe et le mausolée que l'on désigne sous le nom de "les Antiques" de Saint-Rémy-de-Provence. Puis on visitera la cité antique qui révéle un urbanisme exemplaire et d'importants monuments religieux et civils. 

Ensuite nous nous dirigerons à Fontvieille ou l'on pourra voir le moulin rendu célèbre par Alphonse Daudet dans "Les lettres de mon moulin". Nous visiterons ensuite l'ensemble monumental de l'acqueduc et de la meunerie gallo-romaine de Barbegal.

fontvieille_devant.jpg

Le moulin de Daudet.

Renseignements et inscriptions: le déplacement s'effectuera en bus avec un départ à 8h30 devant la mairie de Castelnau-de-Guers. Le prix est de 27 € par personne pour le trajet. Prévoir le piquenique, l'entrée au site de Glanum est à règler sur place 6 €…

Inscriptions jusqu'au 20 juin par chèque libellé au nom de ASPAHC à adresser à ASPAHC 8 bis place de la mairie 34120 Castelnau-de-Guers. Tel: 04-67-98-04-58

img01.jpg

Vue aérienne du site de GLANUM (photo DRAC paca SRA).

 

10/05/2013

Publication: La cathédrale Saint-Etienne d'Agde

couv-2.gif

Dans une présentation moderne et pratique voici une nouvelle collection consacrée au patrimoine bâti de la ville d'Agde. Spécialistes du Patrimoine, historiens de l'art, archéologues du bâti, les auteurs, agathois ou amoureux d'Agde et de ses richesses, donnent de la ville et de ses monuments une vision scientifique, certes, mais destinée au plus grand nombre.

Un ouvrage sous la direction de Michel Adgé et Jean-Claude Rivière, se déclinant en trois volumes:

  • Saint-Etienne d'Agde: origines, construction et architecture
  • Saint-Etienne d'Agde: décor, mobilier
  • Saint-Etienne d'Agde: textes, documents, iconographie

Chaque volume, au format 18x12,5, se présente sous une couverture illustrée d'une quadrichromie. Le choix d'un format "pratique" offrira aux lecteurs l'opportunité de découvrir les monuments décrits, en compagnie de ces ouvrages faisant alors office de guides de visite. Pour faciliter cet usage les deux premiers volumes,  origines, construction et artchitecture et décor, mobilier, comporteront un plan destiné à accompagner le visiteur. 

plan.jpg

Restitution hypothétique de l'église Sainte-Marie.

dessin.jpg

Saint-Etienne d'Agde, restituée hors de son contexte (E. Martin, 1873).

chapiteau.jpg

Chapiteau de l'arc triomphal.

Les volumes 1 et 2 seront disponibles fin juin 2013 le volume 3 devant parâitre en décembre 2013.

Une souscription est ouverte jusqu'au 31 mai 2013, volume 1 prix de souscription 18€ (prix public prévu 21€) volume 2 prix de souscription 10€ (prix public prévu 12€)

Pour commander: A2C éditions 1 place Jean-Jaurès 34920 Le CRES

 

 

09/05/2013

Le Museum d'Histoire Naturelle d'AIX-en-PROVENCE

DSC_0328.jpg

Portail d'entrée de l'Hôtel Boyer d'Eguilles.

Le muséum d'histoire naturelle d'Aix-en-Provence a été fondé par le géologue Henri Coquand en 1838. Il est installé dans l'Hôtel d'Eguilles qui date du XVIIIème siècle et  qui est classé à l'inventaire des Monuments historiques.

DSC_0326.jpg

La façade de l' Hôtel Boyer d'Eguilles.

Les collections du muséum renferment plus de 670 000 spécimens dont une majorité d'herbiers et de fossiles. Ces fossiles sont issus des fouilles effectuées par le muséum depuis plus de 15 ans. La région d'Aix-en-Provence est célébre pour ses nombreux sites de pontes d'oeufs de dinosaures. Ces dernières années de nombreux restes osseux de dinosauriens ont été mis au jour dans cette région.

DSC_0229.jpg

Crâne de titanosauridé.

DSC_0233.jpg

Phalange et griffe de domaesauridae.

DSC_0222.jpg

Humérus de titanosaure.

On peut découvrir des éléments d'un squelette de rhabdodon qui a été découvert lors de fouilles menées sur le site de Couperigne à Vitrolles en 2007. Une vitrine présente plusieurs fossiles vieux de 70 millions d'années qui ont été découverts le long de l'autoroute A8 entre Chateauneuf-le-Rouge et Saint-Maximin.

DSC_0236.jpg

Fragments de mandibules de Rhabdodon. 

DSC_0275.jpg

Vitrine présentant des fossiles découverts à l'occasion des fouilles paléontologiques préventives effectuées sur le chantier de l'autoroute A8 en 2006.

video-arco-le-dinosaure-carnivore-de-l-a8-5178.html

DSC_0247.jpg

Crânes de tortues fossiles.

DSC_0243.jpg

Dents de crocodiliens.

Tous ces fossiles illustrent la diversité des dinosaures européens et de très nombeux nids fossiles découverts dans la région d'Aix en Provence. Des squelettes de titanosaure, d'un allosaure, d'un hadrosaure et d'un oviraptor sont également exposés. On découvrira des reconstitutions de rhabdodon, d'ankylosaure, de dromasaure et de titanosaure.

fouille_nid_oeufs_dinosaure.jpg

Fouille d'un nid d'oeufs de dinosaure à Aix ( Crédit photo Muséum d'Aix).

DSC_0319.jpg

Oeufs de dinosaures.

Outre les fossiles du Crétacé on peut voir quelques pièces remarquables comme un tronc d'arbre du Permien du Var (220-280 MA) ou des poissons des plâtrières d'Aix du Tertiaire.

DSC_0271.jpg

Tronc d' Eusigillaria.

DSC_0262.jpg

Mandibule de Ronzotherium (Rhinocérotidé) les Milles, Oligocène inférieur (-34 à - 28 Ma).

DSC_0253.jpg

Prolebias (poisson) des plâtrières de Célony (Oligocène-Tertiaire).

DSC_0255.jpg

Flabellaria (palmier) des plâtrières de Célony.

DSC_0260.jpg

Tortue de Venelles (Bouches-du-Rhône) Aquitanien (Miocène-Tertiaire 20 MA).

La visite se poursuivra avec une présentation des hominidés, de l'outillage lithique de l'homme préhistorique ainsi que des vitrines présentant la faune naturalisée de la région Aixoise. Ce sera aussi l'occasion d'admirer des plafonds peints ainsi que de magnifiques portes décorées.

DSC_0257.jpg

Plafond peint.

DSC_0290.jpg

Porte peinte.

DSC_0235.jpg

Reconstitutions de dinosaures.

Museum d'Histoire Naturelle d'Aix-en-Provence

6 rue Espariat

Ouvert tous les jours de 10h à 12h et de 13h à 17h.

www.museum-aix-en-provence.org

Les photographies et textes présentés sur ce site sont protégés par le droit d'auteur et ne doivent en aucun cas être publiés sur un site internet ni diffusées sur un support papier, quel qu'il soit, sans l'autorisation de l'auteur de ce blog. Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, seules sont autorisées "les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" (art L122-5). Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans consentement de l'auteur, est illicite (art L122-4) et constituera une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. 

07/05/2013

Exposition au Musée archéologique de Nîmes

Invitation fildelepee1.jpg

"Au fil de l'épée, Armes et guerriers en pays celte méditerranéen" : le musée archéologique de Nîmes présente une exposition temporaire du 4 mai au 31 décembre 2013. On pourra y découvrir quel était l'armement des guerriers à Nîmes et sa région avant et pendant l'occupation romaine.

Notre association ASPAHC a consenti à cette occasion au prêt du mobilier archéologique de la tombe protohistorique de Saint-Antoine, qui a été présentée précedemment à Bribacte, Lattes et Ambrussum.

Affiche-colloque-212x300.jpg

Le 37e colloque international de l'AFEAF qui se déroulera à Montpellier du 8 au 11 mai 2013 salle Rabelais (27 Boulevard Sarrail) visitera cette belle exposition ainsi que celle qui est en place au musée de Lattes "Une odyssée gauloise. Parures de femmes à l'origine des premières circulations entre la Grèce et la Gaule."

Programme%20AFEAF%202013%20def.pdf

28/04/2013

Exposition au Musée de préhistoire de Tautavel : Néandertal l'européen

exponeandertal.jpg

L'exposition "Neandertal, l'Européen" vous invite à la rencontre d'une fascinante humanité, antérieure à la nôtre, qui s'est éteinte vers 30 000 ans avant notre ère.

Que savons-nous de ces hommes de Néandertal, dont l'évolution commence il y a quelque 500 000 ans en Europe, avec les anténéandertaliens ? Quelles différences anatomiques constate-t-on par rapport à nous ? Dans quel(s) contexte(s) climatique(s) vivaient-ils ? Quelle faune et quelle flore côtoyaient-ils ? Quelle était leur mode de vie ? Quand et comment ont-ils disparu ?

La Direction de l'Archéologie du Service public de Wallonie, le Musée de la Préhistoire en Wallonie et le Musée de Préhistoire de Tautavel vous présentent l'état actuel des connaissances sur ces hominidés.

Dans le Languedoc-Roussillon, les sites de la Crouzade, de Bize ou encore de l'Hortus permettent de mieux connaître ces hommes de Néandertal, leurs habitudes de vie et certains de leurs rites. Des résultats inédits sur ces sites régionaux sont présentés dans l'exposition.

Exposition temporaire du 27 avril 2013 au 6 janvier 2014.

http://www.tautavel.com/

27/04/2013

Une odyssée gauloise, exposition Musée de LATTES

invitation web.jpg

Voici une nouvelle exposition proposée par le Musée Henri Prades à Lattes du 27 avril 2013 au 12 janvier 2014, "Une odyssée gauloise" Parures de femmes à l'origine des premiers échanges entre la Grèce et la Gaule.

Avant la fondation de Marseille par les Phocéeens en 800 avant J.-C., le Nord-Ouest de la Méditerranée était pour les Grecs un terrain d'aventure et d'exploration. Ils y cherchaient des produits rares, comme le cuivre, l'étain ou l'ambre.

Du Languedoc à la Sicile, l'exposition suit le parcours fabuleux d'objets, la plupart du temps des parures féminines en bronze, d'un bout à l'autre du monde connu des Grecs, du coeur de l'Europe celtique jusqu'au Caucase.

Le dispositif scénographique fait la part belle à des maquettes et autres reconstitutions de scènes de vie traitées à la manière de bande dessinées. De même, des frises d'images audio-visuelles animées sur l'écran, sur tablettes et sur cartels de vitrines, permettent d'appréhender les vestiges archéologiques exposés tout en abordant le contexte économique et les conceptions religieuses et mythiques dans lesquelles ces explorations prenaient place.

visuel-027867-1-parures_1359541097139.jpg

Exposition reconnue d'intérét national par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Ste archéologique Lattara-Musée Henri Prades

390 avenue de Pérols-LATTES

museearcheo.montpellier-agglo.com

08/04/2013

La Motte un site de l'âge du Bronze dans le lit de l'Hérault à Agde

Capture-d’écran-2013-04-04-.gif

Localisation du site.

Le site de la Motte est situé sur la commune d'Agde, dans le lit du fleuve Hérault à 4,5 km de son embouchure. Il a été découvert en 2003 au cours d'une prospection subaquatique par C. Tourrette, P. Moyat et l'association IBIS d'Agde. Le site qui est conservé à une profondeur de 4 à 7 m est connu en particulier par la découverte en place d'un dépôt d'objets de bronze (326 pièces) d'une parure féminine qui devait être contenu dans un coffret décoré de disques de bronze (parue exposée au musée de l'Ephèbe d'Agde).

Capture d’écran 2013-04-07 à 14.05.19.png

Vue du dépôt au moment de sa découverte (photo P. Moyat).

Capture d’écran 2013-04-07 à 14.05.27.png

Le dépôt en cours de prélèvement (photo P. Moyat).

Capture d’écran 2013-04-07 à 14.02.16.png

Reconstitution de la parue (dessin Patrick Pliska, CREAM Vienne).

2013-01-08 15.49.47_50ec4c4355db5.jpg

Eléments restaurés de la parure du site de la Motte exposés au Musée de l'Ephèbe à Agde.

Après une première campagne de fouille programmée en 2011, le site de la Motte vient de faire l'objet d'une seconde campagne de fouilles en mars dernier. Ces travaux sont placés sous la responsabilité scientifique de Jean Gasco (CNRS) et les recherches dans le fleuve sont effectuées par une dizaine de plongeurs/archéologues avec à la fois des plongeurs professionnels et les bénévoles de l'association IBIS.

DSC_0004.JPG

Membres de l'association IBIS avant une plongée.

DSC_0001.jpg

La base de plongée et le site balisé par des bouées jaunes.

DSC_0003.jpg

Vérification du matériel de plongée.

Le site de la Motte est daté de la fin de l'Age du Bronze (III B) aux alentours de 800 avant J.-C. Le fond de l'Hérault conserve des objets qui sont parfois brisés sur place et des pieux dont certains ont des extrémités carbonisées. Le mobilier archéologique est particulièrement abondant et très bien conservé. De nombreux ossements de faune ont été découverts ainsi que des objets en matière organique (cordages, éléments de filet de pèche) et de très nombreuses meules en roche volcanique.

cache_4663553.jpg

cache_4663557.jpg

cache_4663535.jpg

Mobilier céramique du bronze final (photos IBIS Y.Gasco).

cache_4663833.jpg

Céramique brisée en place (photo IBIS C. Bathelemy).

cache_4663493.jpg

Pieux en bois (cliché IBIS).

Les sondages ont également permis de dégager de très nombreuses pierres basaltiques. Si selon J.Gasco les relevés effectués par les plongeurs permettent d'entrevoir des assemblages de pierres et des alignements de pieux, il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions définitives. Il se pourrait néanmoins que l'on soit en présence de restes d'habitations (de pècheurs ?) qui seraient installées à proximité d'un gué.

DSC_0007.jpg

J.Gasco (au centre) commentant le site de la Motte.

Les recherches sur ce site n'en sont qu'à leur début, c'est un travail de longue haleine. La fouille subaquatique est particulière et en milieu fluviatile encore différente. Les plongeurs/archéologues travaillent généralement par deux et effectuent une plongée d'une heure, dans une eau froide, avec peu de visibilité. Il convient de signaler que si ce site livre un abondant mobilier archéologique dont l'étude est précieuse pour les archéologues, il ne présente aucun intêret pour d'éventuels pillards car ici pas d'amphores complètes qui pourraient se monnayer !

Il y a 2800 ans lorsque cette communautée de la fin de l'Age du Bronze était installée sur le site de la Motte, quel était le niveau du fleuve ? le bras de l'Hérault passait-il d'ailleurs à proximité immédiate du site ? Une campagne de carrotages a débuté et permettra peut être d'élucider la question. Gageons que les prochaines campagnes de recherches apporteront leur lot de découvertes et permettront d'en savoir d'avantage sur cette implantation humaine antérieure à la fondation de la cité d'Agde.

DSC_0009.jpg

La carroteuse en fonction près du site de la Motte.


cache_4663488.jpg

Remerciements à l'association IBIS et en particulier à C. Tourrette et Yves Gasco.

http://www.ibis-archeosub.com/

(Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur du blog).

 

05/04/2013

Le symbolisme des heurtoirs populaires languedociens

P1_NEWS.jpg

Objets d'Art à part entière, les heurtoirs séduisent les photographes, les poètes et les amateurs du patrimoine. Surgissant du passé, iI émane d'eux une sorte de mystère indéfinissable mêlé à une valeur symbolique. Ceci interpelle et contribue à leur mémoire patrimoniale et culturelle.

Des symboles religieux issus du christianisme et de notre culture judéo-chrétienne mais aussi de civilisations plus anciennes, principalement gréco-romaine, sont encore présents.

Pourquoi Neptune, un vautour, un poisson ou une main avec une pomme sur une porte ?

Avec une trame chronologique en filigrane, l'auteur, au gré de promenades dans les rues de la région languedocienne, analyse les heurtoirs. En gardant en parallèle le rôle de la porte, il lance des pistes d'interprétation et développe les symboles les plus significatifs.

Les symboles d'aujourd'hui ont-ils la force dimensionnelle de ceux où le spirituel et la conception de l'univers s'exprimaient par une représentation géométrique ou de ceux issus d'un monde où les dieux puissants de l'Olympe côtoyaient les mortels ?

 

A_coeur_Pezenas_12_r._anatole_France.jpg

Heurtoir "à coeur" Pézenas.

A_coq_silène_Montpellier.jpg

Heurtoir "coq silène" Montpellier.

 

A_palmette_Lodève_(9).jpg

Heurtoir "à palmette" Lodève.

 

Z_chien_Neffiès_(2)_bon.jpg

Heurtoir zoomorphe "chien" Neffiès.

 

Ouroboros_1_r._AP_Alliès_pezenas.jpg

Heurtoir "ouroboros" Pézenas.

 

P_Pezenas_goth._12_r._A._Sabatier.jpg

Heurtoir "gothique" en fer forgé, Pézenas.

Ce petit patrimoine si riche et si diversié en Languedoc méritait une publication. Le livre que publie Marie-Christine Matray est une étude sur le symbolisme des heurtoirs populaires languedociens du XVe au XXe siècle. Cette étude porte sur plus de 30 communes du Languedoc et plus de 35 symboles sont étudiés. L'auteur développe dans son livre les différents symboles, les différents styles et l'évolution du travail des métaux.


Ce livre de 92 pages et plus de 140 photos paraitra le 15 avril au prix de 16 €. On peut se le procurer auprès de l'auteur ( frais de port 3,92€ en envoi suivi) contact : invitationpatrimoine@gmail.com 



 

17/03/2013

Les Mines de BRUOUX

DSC_0355.JPG

L'entrée du site des mines de Bruoux.

Dans une note publiée sur mon blog en 2009  je vous avais emmené dans le Lubéron à la découverte des ocres de Roussillon. A proximité, on peut visiter à Gargas le site des Mines de Bruoux qui est ouvert au public depuis 2009. Il s'agit d'anciennes mines d'extraction d'ocre qui ont été exploitées de 1884 jusqu'aux années 1950.

Ocriers_des_mines_du_Bruoux_à_Gargas.jpg

Ocriers des mines de Gargas.

mineurs a l'entree.jpg

Ouvriers mineurs à l'entrée de la mine.

Ce sont à l'origine des paysans poussés par la crise agricole de la fin du 19ème siècle qui se sont reconvertis en chercheurs d'ocre. Ces mineurs ont ainsi creusé un réseau souterrain de plus de 40 km de galeries. L'ocre a été extrait au prix d'un travail laborieux. Le précieux minerai était extrait à la seule force des bras des mineurs à l'aide de pioches, mais ils utilisèrent aussi l'explosif. 

DSC_0339.jpg

Traces d'outils sur les parois du site.

L'ocre se trouve dans le sol sous la forme de sables ocreux dont la coloration est due à la présence d'oxydes de fer (hématie, goethite, limonite). L'ocre que l'on extraillait des mines de Bruoux servait pour la fabrication du caoutchou, colorer les enduits des maisons et pour les palettes des artistes peintres.

DSC_0341.jpg

Une entrée de galerie de la mine de Bruoux.

DSC_0346.jpg

Autre galerie d'exploitation.

Les galeries de la mine de Bruoux ont une hauteur de 10 à 15 m pour une largeur de 3 m. Dans ce réseau souterrain de plus de 40 km on estime que l'on extraillait 40 000 tonnes de minerai par an. On visite aujourd'hui 650 m de galeries qui sont à une température de 10 °.

J'ai trouvé la visite du site des plus interressante, mais l'archéologue minier que je suis regrette que les photos soient interdites à l'intérieur des galeries !

DSC_0337.JPG

Vue générale de l'entrée des galeries de la mine de Bruoux.

Renseignements :  minesdebruoux.fr

Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur de ce blog.