Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/01/2011

Le groupe statuaire de Béziers

Dans ma précédente note je vous ai présenté le musée Saint-Raymond de Toulouse, lorsque vous le visiterez vous y verrez une dizaine de bustes antiques provenant de Béziers. Cette découverte archéologique exceptionnelle a été effectuée en avril 1844, au coeur de la ville de Béziers dans le secteur ou se situait le forum antique de la ville.

 

IMG_4803.JPG

Le groupe statuaire exposé au musée des antiques.

 Ces portraits antiques en marbre ont été découverts dans la cave de la maison d'un certain monsieur Gasc, lequel heureux propriétaire a refusé les offres d'achat des sociétés savantes de Béziers, de Narbonne et de Montpellier et a décidé de les vendre à la société archéologique du Midi de la France installée à Toulouse. Ainsi elles sont venu compléter en 1845 la collection déjà très riche de portraits du musée de Toulouse. 

 

IMG_4780.jpg

Tête de Drusus le Jeune.

Drusus le Jeune (15 ou 12 av. J.-C.) fils de Tibère et de Vipsania Agrippina. Drusus resta le seul successeur désigné de Tibère après la mort de Germanicus.

 

IMG_4784.jpg

Tête de Tibère.

Tibère (42 av. J.-C.-37 ap. J.-C.), fils de Livie et de Tiberius Claudius Nero, empereur de 14 à 37.

 

IMG_4788.jpg

Tête d'Octave-Auguste.

Ce portrait est l'un des deux plus anciens conservés d'Octave (63 av. J.-C.- 14 ap. J.-C.). L'arrière de la tête, initialement voilé, permet de se demander si Octave n'était pas représenté ainsi en tant que fondateur de la Colonia Urbs Iulia Baeterrae (Béziers)

 

 

IMG_4791.jpg

 

Tête de M. Vipsanius Agrippa.

Agrippa avait épousé, en 21 avant J.-C., Julie la fille d'Auguste qui lui donna deux filles (Julie et Agrippine l'Ancienne) et trois fils (Caius et Lucius César, les "Princes de la Jeunesse" promis à la succession d'Auguste mais décédés prématurément, et Agrippa posthumes.).

 

IMG_4793.jpg

Tête de Julie.

Julie (39 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.) fille d'Auguste et de Scribonia, épouse de Marcellus, neveu d'Auguste, puis d'Agrippa, enfin de Tibère avant qu'elle ne soit exilée en 2 av. J.-C. On remarquera la coiffure à large nodus frontal, caractéristique du dernier tiers du Ier siècle av. J.-C. 

 

IMG_4797.jpg

Tête d'Antonia Minor.

Antonia Minor (36 av. J.-C. - 37 ap. J.-C.) fille cadette de Marc Antoine et d'Octavie, épouse de Drusus l' Ancien, mère de Germanicus et de Claude, grand-mère de Caligula.

 

IMG_4795.jpg

Tête d'Agrippa Posthumus.

Agrippa Posthumus (12 av. J.-C.-14 ap. J.-C.) , fils cadet d'Agrippa et de Julie. Adopté par Auguste en 4, rival possible de Tibère pour l'accès au sommet de l'Empire, il fut assassiné sur l'ordre de ce dernier dans une villa de Campanie ou il avait été relégué.

 

IMG_4799.jpg

Tête colossale d'Antonin le Pieux.

Antonin le Pieux (86-161), empereur de 138 à 161. L'oeuvre, inachevée, porte de nombreuses traces d'outils (pointe, trépan, gradine, ciseau). Elle était prévue pour prendre place sur une statue colossale de l' empereur dont le règne marque l'apogée de l'Empire. Antonin le Pieux était issu d'une famille originaire de Nîmes.

 

IMG_4786.jpg

Tête de Livie.

Livie (58 av. J.-C.-29 ap. J.-C.), épouse en secondes noces d'Auguste, mère de Tibère et de Drusus l'Ancien. La coiffure en bandeaux ondés ramenés vers un chignon renvoie à la statuaire idéale grecque. Elle n'apparut qu'après la mort d'Auguste sur les portraits de Livie, lorsque celle-ci devint prêtresse du culte de Divus Augustus.

 

IMG_4801.jpg

Tête d'une petite fille (Agrippine l'Ancienne ?).

Dernier tiers du Ier s. av. J.-C. La coiffure de la fillette, proche de celle de Julie, avec le "nous" frontal prolongé d'une natte, permet de dater l'oeuvre de la fin du Ier s. av. J.-C. 

 

A l'origine il ne s'agissait pas de bustes mais de statues en pied. Ce groupe statuaire devait être encore plus important à l'époque. Exposé sur le forum, la grande place publique de l'antique Béziers, il s'est constitué tout au long des règnes d'Auguste et de Tibère, au Ier siècle de notre ère, par apports successifs. L'excellente conservation du marbre permet d'imaginer les statues à l'intérieur d'un édifice et non sur la place elle-même.

En se faisant représenter entouré de ses proches, à Rome et sur les forums des cités provinciales, Auguste veut affirmer sa volonté de voir régner sa descendance. Cette volonté sera perpétuée par ses héritiers.

 

Notice à partir des documents du Musée Saint-Raymond de Toulouse. Les statues de Béziers sont visibles au 2ème étage dans la salle Tolosa en Narbonnaise.

Place Saint-Sernin

31000 Toulouse

www.SaintRaymond.toulouse.fr

 

 

 

 

 

 

15/01/2011

Le Musée Saint-Raymond à Toulouse

Le musée Saint-Raymond également appelé musée des Antiques de Toulouse est installé à proximité de la basilique Saint-Cernin dans un ancien collège édifié au XVIe siècle. Il conserve et met en valeur un ensemble archéologique qui compte parmi les plus importants de France. Sur trois niveaux vous y découvrirez la cité romaine de Tolosa, les sculptures romaines de la villa de Chiragan et les vestiges d'une nécropole de la fin de l'Antiquité.

 

IMG_4757.JPG

La basilique Saint-Cernin.

 

IMG_4815.JPG

Le musée Saint-Raymond (bâtiment classé Monument historique).

 

IMG_4775.JPG

Salle d'exposition consacrée à Toulouse romaine.

 

Au 2ème étage du bâtiment on découvrira Tolosa en Narbonnaise, le Toulousain à l'époque Gauloise et Toulouse à la fin de l'Antiquité. Au premier étage c'est plusieurs dizaines de sculptures en marbre que l'on découvrira. Toutes ces oeuvres proviennent de Martres-Tolosane un village situé à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Toulouse. Une immense villa gallo-romaine y a été découverte au lieu-dit Chiragan en bordure de la Garonne. C'est après la Villa d'Hadrien en Italie la plus luxueuse villa antique connue en Europe, elle était située dans une enceinte de 16 hectares et fut occupée du I au V ème siècle de notre ère. Enfin au sous sol du bâtiment, les vestiges de la nécropole qui s'est développée, à la fin de l'Antiquité, autour de la tombe de Saint Saturnin (Sernin) sont conservés "in situ". Plusieurs sarcophages richement ornés sont présentés ainsi que des inscriptions chrétiennes. Un four à chaux ayant été découvert dans les fouilles effectuées dans le sous sol du musée avant son réaménagement a été conservé et présenté tel qu'il a été découvert. Il est daté entre le milieu du Ve et le milieu du VIe siècle. Il a fonctionné dans la nécropole, les restes de son dernier chargement, incomplètement cuit, montrent que la chaux était produite à partir de fragments de sarcophages en marbre.

 

IMG_4808.JPG

Au premier plan, torque et anneau de cheville gaulois en or découverts en 1885 dans une vigne à Lasgraïsses Tarn, IIIe s. av. J.-C.

 

IMG_4812.JPG

Cinq torques gaulois en or découvert en 1841 à Fenouillet (Haute-Garonne) IIIe s. av. J.-C.

 

IMG_4776.jpg

Morceau de jambe gauche en bronze découvert dans la Garonne (époque romaine).

 

IMG_4813.jpg

Seau en bois d'if et cerclages de bronze martelé Vieille-Toulouse Ie s. av. J.-C.

 

IMG_4773.jpg

Autel découvert à Toulouse en 1862 fin Ier s. av. J.-C.

 

IMG_4778.jpg

Chapiteaux et colonnes, Toulouse ancienne église de la Daurade, IVe ou Ve siècle.

 

IMG_4765.JPG

Salle consacrée à la villa de Chiragan.

 

IMG_4768.JPG

Quelques bas-reliefs de la villa de Chiragan.

 

IMG_4766.JPG

Petites sculptures découvertes à Chiragan.

 

IMG_4764.JPG

Sarcophage de la fin de l'Antiquité.

 

IMG_4762.jpg

Four à chaux (milieu du Ve s. après J.-C. milieu du VIe s. après J.-C.).

 

Le musée Saint-Raymond est situé place Saint-Sernin. Il est ouvert au public tous les jours de 10h à 18h (jusqu'à 19h de juin à septembre).

Tél. 05 61 22 31 44

http://www.saintraymond.toulouse.fr/




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08/01/2011

Exposition archéologique "Mines et métallurgie préhistoriques du midi de la France" à la Maison Gabriela Mistral à Montpellier

Depuis plusieurs années le Conseiller général de l'Hérault soutient financièrement les opérations archéologiques qui sont menées dans le district minier de Cabrières-Péret et qui sont placées sous le contrôle scientifique de Paul Ambert, directeur de recherche au CNRS. Le service Patrimoine du Conseil général de l'Hérault a souhaité présenter dans ses locaux de la Maison Gabriela Mistral à Montpellier une exposition archéologique qui présente les principaux acquis de ces recherches archéologiques.

IMG_4753.JPG

 Vue générale de l'exposition.

 

IMG_4735.JPG

Panneaux d'exposition et film diffusé en boucle.

 

IMG_4737.jpg

Vitrine présentant l'outillage des mineurs et des métallurgistes préhistoriques.

 

IMG_4748.JPG

Panneau sur les mines et la métallurgie préhistoriques du sud de la France.

 

IMG_4749.jpg

Les mines de Cabrières-Péret.

IMG_4736.jpg

Le site métallurgique de la Capitelle du Broum.

Cette exposition a été inaugurée le 6 janvier 2011, elle est ouverte au public durant tout le mois de janvier. L'inauguration s'est déroulée en présence de Jacques Atlan Vice président du Conseil général de l'Hérault délégué à la culture, Louis Villaret Vice président délégué au tourisme, Marc Lugand et Jean Gence du service Patrimoine et culturel au Conseil général de l'Hérault. Etaient également présents parmi les nombreux invités, Henri Marchesi Conservateur régional de l'archéologie et Philippe Galant Technicien de recherche à la DRAC ayant en charge les cavités souterraines, Jean Valcarcel Directeur de l'UFR Odontologie, Université de Montpellier I. Plusieurs membres de l'équipe de recherche du PCR Mines et métallurgie préhistoriques du Midi de la France étaient également présents dont Marie Laroche qui dirige le chantier de fouilles de La Capitelle, Noël Houlès président des associations Les amis de Cabrières et ASPAHC, Alain Boutier, Albert Colomer, Bernard Beaumes ainsi que leur directeur de recherches Paul Ambert qui fit l'historique des recherches dans le secteur minier de Cabrières-Péret, commenta l'exposition, et présenta au public quelques projets futurs de recherches.

 

IMG_4750.jpg

Gobelet campaniforme.

 

IMG_4739.JPG

Mobilier archéologique des grottes de Cabrières et Péret.

 

IMG_4745.JPG

Urne Bronze ancien mine de la vierge, Cabrières.

L'exposition se présente sous la forme de huit panneaux, trois vitrines ainsi qu'un film documentaire. Le premier panneau (Paul Ambert) présente les travaux du PCR Mines et métallurgie, le second (Jean Louis Guendon) présente les mines préhistoriques, deux panneaux (Marie Laroche) sont consacrés au site métallurgique de la Capitelle, deux panneaux (Maïténa Sohn) présentent la grotte 4 du Rhino et deux panneaux (Jean Marc Patard) présentent les études odontologiques. 

 

Exposition à la Maison Gabriela Mistral 535 rue du Pilory à Montpellier durant tout le mois de janvier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

28/12/2010

Quartz minéralisé des mines de Cabrières (Hérault)

Au cours de nos recherches dans le secteur minier de Cabrières-Péret il nous arrive d'échantillonner des minerais à des fins d'analyses. Voici une plaque de quartz qui présente une minéralisation en azurite et malachite.

IMG_4091.JPG

Plaque de quartz "en dents de cochon". 

Cette plaque de quartz mesure 110 x 85 mm. On peut voir sur la face principale de la minéralisation en malachite.

 

IMG_4099.JPG

La malachite millimétrique parmi les cristaux de quartz.

 

IMG_4092.JPG

Le revers de la plaque de quartz et la minéralisation (malachite et azurite).

Le revers de la plaque de quartz montre essentiellement de la malachite en boules de 2 à 4 mm ainsi qu'un peu d'azurite.

 

IMG_4098.JPG

Zoom sur la minéralisation cuprifère.

L'analyse d'échantillons de minerais de cuivre du secteur minier de Cabrières-Péret permet d'en connaitre la composition (pourcentage de cuivre, teneurs en argent, arsenic, impuretés etc.). En parallèle, l'analyse d'objets métalliques découverts au cours des fouilles archéologiques permet d'appréhender leur région de provenance.  Ces différentes analyses ont ainsi permis de connaitre l'aire de diffusion des cuivres préhistoriques de Cabrières. 

 

 

 

 

19/12/2010

ARLES Bourse internationale 18-19 décembre 2010 Mineraux Gemmes Fossiles

 

img201.jpg

Les 18 et 19 décembre 2010 au Palais des congrès d'Arles, avenue 1ère division France Libre, Bourse internationale de Mineraux Gemmes Fossiles. Parking gratuit.

Contact : 06 21 36 82 28

 

 

16/12/2010

Conférence "Le paysage lagunaire et son évolution" au Musée de Lattes

 

visuel conf ch jorda 2.JPG

Dans le cadre de l'exposition Les objets racontent Lattara jeudi 16 décembre 2010 à 18h30 conférence au Site archéologique Lattara-musée Henri Prades "Le paysage lagunaire et son évolution" par Christophe Jorda INRAP.

Ville portuaire, à l'embouchure d'un fleuve se jetant dans une lagune, Lattara apparaît bien différente dans son environnement actuel : un site entouré de terres, dans un paysage que l'urbanisation rend peu lisible. A quoi pouvait bien ressembler le milieu dans l'Antiquité ? Quelles sont les étapes de transformation du paysage ?

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles.

Site archéologique Lattara-Musée Henri Prades

390 avenue de Pérols 34970 Lattes (04 67 99 77 20)

museearcheo.montpellier-agglo.com

 

13/12/2010

Une tête antique découverte à Castelnau de Guers (Hérault)

Cette tête antique représente un personnage masculin. Elle se trouvait fichée dans la façade d'une habitation située rue Tartare à Castelnau de Guers. A la suite d'un héritage et avant la vente de l'habitation elle a été retirée de la façade et se trouve aujourd'hui chez un collectionneur privé à Pomérols.

 

IMG_4533.jpg

Tête antique de Castelnau de Guers, vue de face.

 

IMG_4532_2.jpg

Vue du profil gauche.

 

IMG_4535_2.jpg

Vue du profil droit.

 

IMG_4536.JPG

Détail de la chevelure.

La tête a été sculptée dans un calcaire. Elle mesure 0,31 m de haut, 0,19 m de large et son épaisseur est de 0,22 m. Sa face a été retaillée à la période moderne. Elle n'a fait jusqu'à présent que l'objet d'une citation dans la revue archéologique Gallia en 1969 par Michel Christol. Son étude par un spécialiste de la statuaire antique reste à faire, ce qui nous permettrait de savoir si on doit la placer dans le Haut Empire ou le Bas Empire romain. Nous ne connaissons pas l'origine de sa provenance, mais nous pensons qu'il est probable que le propriétaire de la maison dans laquelle elle était fichée l'ait découverte dans une terre lui appartenant (défonçage d'une vigne) sur la commune même ou ses environs. On connait en effet de nombreux habitats antiques qui ont été recensés sur Castelnau de Guers et sur les communes voisines de Florensac, Pomérols, Pinet et cette sculpture antique pourrait provenir de l'un d'entre eux.

 

 

Comme nous l'avons souligné, cette sculpture se trouve dans la collection d'un particulier. Souvent lorsqu'un collectionneur disparait, ses collections sont dispersées voire jetées à la décharge. Cela est malheureusement arrivé dans notre commune. C'est pour ces raisons que nous avons fait établir un devis pour faire un moulage de la tête antique de Castelnau de Guers afin d'en garder une trace et de l'exposer au public. Il nous reste maintenant à rassembler grâce à des dons, la somme de 1500 € pour faire exécuter ce moulage (chèques à l'ordre de ASPAHC association 8 bis place de la mairie 34120 Castelnau de Guers).

 

 

 

 

 

 

05/12/2010

Dolmens de la commune du Caylar (Hérault)

Jusqu'à présent je vous ai présenté des monuments mégalithiques qui étaient bien conservés. Il existe aussi dans notre région des dizaines de dolmens ruinés qui n'ont pas fait l'objet d'études approfondies. On ignore donc s'ils ont livré du mobilier, et il est fort  probable que certains n'ont même pas fait l'objet de fouilles. Voici quelques dolmens qui sont situés dans le Larzac méridional sur la commune du Caylar. Vous verrez qu'il n' est pas toujours aisé pour un non spécialiste de les repérer. Leur localisation ne sera pas communiquée car ils sont situés dans une propriété privée dont l'accès est interdit.

 

IMG_1700.JPG

Dolmen dont on aperçoit une dalle latérale et la dalle de chevet.

 

IMG_1718.JPG

Dalles latérales d'un second dolmen.

 

IMG_1721.JPG

On devine ici un troisième dolmen dont les dalles latérales sont très érodées.

 

IMG_1732.JPG

Ici aussi les dalles latérales nous indiquent l'emplacement d'un dolmen.

 

IMG_1735.JPG

Autre mégalithe ruiné dont on voit la dalle latérale gauche qui a basculé vers l'intérieur de la chambre et la dalle latérale droite très érodée.

 

IMG_1736.JPG

Autre dolmen ruiné.

 

IMG_1714.JPG

Dolmen 4 du Mas d'Aussel.

Ce dernier mégalithe est bien plus lisible que les précédents. Il est situé à proximité d'un col. On observe de part et d'autre de la chambre des murets en petit appareil. L'entrée de la chambre est marquée de part et d'autre par une dalle de champ.

 

IMG_1713.JPG

Muret en petit appareil du dolmen 4 du Mas d'Aussel.

Situés sur un sommet ou sur une pente, ces mégalithes sont très ruinés. Plusieurs facteurs en sont la cause, d'une part le matériau utilisé, un calcaire dolomitique friable mais également l'action climatique, le gel et les pluies acides. Bien souvent les dalles de couverture des dolmens ont été récupérées par l'homme et réutilisées, ce qui a eu pour conséquence d'accélérer le processus de dégradation des mégalithes. Même ruinés les monuments mégalithiques présentent un intérêt pour l'archéologue. C'est pour cela qu'il convient d'en dresser l'inventaire pour assurer leur étude et leur protection.

 

 

 

 

 

 

 

28/11/2010

Le Musée cévenol - Le Vigan (Gard)

Le Musée Cévenol du Vigan est un musée municipal contrôlé par la Direction des Musées de France qui a été créé en 1963. Il est situé au bord de l'Arre et à proximité d'un pont roman qui est classé monument historique. Il est installé dans une ancienne filature de soie. Il présente sur trois niveaux la civilisation cévenole depuis l'origine de son peuplement jusqu'à nos jours.

 

IMG_3870.JPG

Le pont roman (fin du XIIe s.) sur la rivière Arre.

Le thème des collections présentées est varié : géologie, archéologie (Préhistoire, Age du fer, Gallo-romain et médiéval), Art moderne et contemporain, Arts décoratifs : mobilier, textile, Beaux-Arts: Dessin, gravure, estampe et affiches, peinture et sculptures. On pourra y découvrir la salle des Métiers, la salle André Chamson écrivain et académicien (1900-1983), la salle du Temps avec ses costumes du XVIIIe siècle.

 

IMG_3845.JPG

Calcaire à ammonites.

 

IMG_3831.jpg

Vases chalcolithiques des grottes du Causse de Blandas.

 

IMG_3862.jpg

Stèle de la grotte de la Baumelle.

 

IMG_3843.JPG

Vitrine consacrée à la préhistoire.

 

IMG_3846.JPG

Mobilier des tumulus de Rogues.

 

IMG_3856.JPG

Cruche romaine.

 

IMG_3853.jpg

Plaque boucle du Haut moyen-âge.

 

IMG_3842.jpg

Buste de Robert de Joly grand spéléologue.

Ce musée est d'une grande richesse, plusieurs milliers de pièces y sont exposées sur plus de 1500 mètres carrés. Les thèmes présentés racontent ce qu'était la vie aux siècles passés dans les vallées cévenoles et sur les Causses gardois. On y trouvera entre autres l'évocation de la soie, de la fabrication du fromage, de la vannerie avec le châtaignier, de l'élevage du cochon ainsi que du mouton et de la chèvre.

 

IMG_3834.JPG

Cabane du berger mobile portative (pour se protéger des loups).

 

IMG_3872.JPG

Ruches cévenoles.

 

IMG_3857.JPG

Jeu de quilles.

 

28 mai 20101.jpg

Adresse: 1 rue des Calquières 30120 Le Vigan

Visites: 1 avril au 31 octobre tlj sauf le mardi et du 1 novembre au 31 mars ouvert uniquement le mercredi de 10h à 12h et de 14h à 18h.

http://viganais.free.fr/

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15/11/2010

L'emblématique mont Aiguille dans le Vercors

J'aime la géologie, les roches et les paysages qui sont le reflet de l'histoire de la terre.  Grace à une amie qui m'est chère j'ai eu l'occasion de découvrir le Vercors qui pour moi était avec Pompéi, le chemin de St Jacques de Compostelle et le GR 20 en Corse l'un des endroits mythiques que je souhaitais découvrir un jour. Nous avons séjourné dans un gite à Treschenu Creyers et les sympathiques propriétaires Mme et Mr André Bronner nous ont aimablement accompagné et guidé à la découverte des marmottes du Vallon de Combeau et nous avons pu découvrir l'emblématique mont Aiguille.

 

IMG_2485 - copie.JPG

Plants de gentiane.

Une marche d'environ 1h nous a permis d'atteindre depuis le parking ou nous étions garés le vallon de Combeau. Le site est exceptionnel pour sa flore qui est protégée. Nous sommes dans la Réserve Naturelle des Hauts plateaux du Vercors à 1650 m d'altitude. Le paysage est magnifique, que la montagne est belle !

 

IMG_2491 - copie.JPG

Sommet de la montagnette (1972 m).

 

IMG_2492 - copie.JPG

Le vallon de Combeau.

Lorsque nous sommes arrivés au vallon de Combeau (c'est l'endroit ou l'on peut voir les marmottes et entendre leur sifflement bien caractéristique), j'ai tout de suite été frappé par l'aspect du paysage. Au Quaternaire un glacier remplissait la partie supérieure du vallon de Combeau, c'est le glacier de Tête Chevalière ou de Combeau. A proximité, au col de Lauzette on peut voir des sillons vallonnés très bien marqués qui indiquent le passage d'un glacier.

 

 

glacier_combeau_wikipedia.jpg
IMG_2504 - copie.JPG

Une marmotte.

 

DSC_0034 - copie.JPG

Autre spécimen de marmotte.

Il fallut un peu de patience pour voir de près les marmottes d'autant que des bipèdes nous avaient précédés et qu'ils n'étaient pas très discrets ! Mais l'attente a payé. Dans ces terres d'alpage nous avons aussi pu y voir quelques fleurs magnifiques dont des crocus.

 

IMG_2515.JPG

Un crocus.

Reprenant notre marche, nous sommes ensuite arrivés au bord d'une falaise d'où l'on découvre l'emblématique mont Aiguille.

 

IMG_2512 - copie.JPG

Au loin le mont Aiguille.

Au moyen-äge il est baptisé en latin Supereminet Invius "Il se dresse inaccessible". C'est l'endroit ou la tradition française fait démarrer l'histoire de l'alpinisme avec sa première ascension effectuée en 1492. Le mont Aiguille situé sur la commune de Chichilianne est une dent avancée de la falaise orientale du massif du Vercors, au sud du département de l'Isère. Il est l'une des sept merveilles du Dauphiné. On y pratique l'alpinisme sur une trentaine de voies, plus particulièrement sur sa face Nord-Ouest.

 

P7203400 - copie.JPG

Face orientale du mont Aiguille.

Auparavant rattachée au reste du massif du Vercors, le mont Aiguille est une écaille calcaire qui d'un point de vue géomorphologique est une butte-témoin. C'est en effet une structure laissée par l'érosion, autour d'elle, du plateau dont elle faisait partie à l'origine. Le mont Aiguille doit à cela sa forme particulière: un bloc de falaise et une prairie sommitale, similaire aux alpages de l'ensemble du plateau du Vercors. Son altitude est de 2087 m.

 

IMG_2514 - copie.JPG

Zoom sur le mont Aiguille.

 

Pour en savoir plus:

http://www.mont-aiguille.com/

mont_aiguille.html

http://montaiguille.free.fr/

Pour louer le gite:

location-gite-treschenu-creyers,109988

Pour voir les marmottes il faudra attendre le printemps, celles ci hibernent pendant six mois, généralement de fin octobre à fin avril.

http://annielamarmotte.over-blog.com/