Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/12/2010

Une tête antique découverte à Castelnau de Guers (Hérault)

Cette tête antique représente un personnage masculin. Elle se trouvait fichée dans la façade d'une habitation située rue Tartare à Castelnau de Guers. A la suite d'un héritage et avant la vente de l'habitation elle a été retirée de la façade et se trouve aujourd'hui chez un collectionneur privé à Pomérols.

 

IMG_4533.jpg

Tête antique de Castelnau de Guers, vue de face.

 

IMG_4532_2.jpg

Vue du profil gauche.

 

IMG_4535_2.jpg

Vue du profil droit.

 

IMG_4536.JPG

Détail de la chevelure.

La tête a été sculptée dans un calcaire. Elle mesure 0,31 m de haut, 0,19 m de large et son épaisseur est de 0,22 m. Sa face a été retaillée à la période moderne. Elle n'a fait jusqu'à présent que l'objet d'une citation dans la revue archéologique Gallia en 1969 par Michel Christol. Son étude par un spécialiste de la statuaire antique reste à faire, ce qui nous permettrait de savoir si on doit la placer dans le Haut Empire ou le Bas Empire romain. Nous ne connaissons pas l'origine de sa provenance, mais nous pensons qu'il est probable que le propriétaire de la maison dans laquelle elle était fichée l'ait découverte dans une terre lui appartenant (défonçage d'une vigne) sur la commune même ou ses environs. On connait en effet de nombreux habitats antiques qui ont été recensés sur Castelnau de Guers et sur les communes voisines de Florensac, Pomérols, Pinet et cette sculpture antique pourrait provenir de l'un d'entre eux.

 

 

Comme nous l'avons souligné, cette sculpture se trouve dans la collection d'un particulier. Souvent lorsqu'un collectionneur disparait, ses collections sont dispersées voire jetées à la décharge. Cela est malheureusement arrivé dans notre commune. C'est pour ces raisons que nous avons fait établir un devis pour faire un moulage de la tête antique de Castelnau de Guers afin d'en garder une trace et de l'exposer au public. Il nous reste maintenant à rassembler grâce à des dons, la somme de 1500 € pour faire exécuter ce moulage (chèques à l'ordre de ASPAHC association 8 bis place de la mairie 34120 Castelnau de Guers).

 

 

 

 

 

 

27/06/2010

La chapelle Saint Vincent de Salvignac à Cazouls-lès-Beziers Hérault.

 

IMG_3211.JPG
La chapelle Saint-Vincent, vue prise de l'Ouest.

La petite chapelle Saint-Vincent, citée sous le nom de Saviniacum en 1180 est située au bord d'une terrasse dominant de 25 m la plaine de l'Orb. Elle jalonne une voie antique, de direction S.-W.-N.-E., qui se dirige vers Murviel-lès-Béziers. Certains indices architecturaux la feraient remonter au VII e siècle (son arc outrepassé, son plan et ses assises parfois disposées en épis).

 

IMG_3212.JPG

A gauche le mur Nord qui comporte quelques assises en "opus spicatum".

Ses dimensions, hors oeuvre, sont 10,15 m sur 3.35 m. Le choeur a dans son oeuvre, 3,20 m de long et 2,60 m de large. Il était éclairé de deux fenêtres à ébrasement intérieur et linteau échancré, l'une à l'Est, l'autre au Sud. L'arc triomphal, quoique remanié, semble avoir été à l'origine outrepassé.

 

IMG_3205.JPG

L'arc triomphal.

 

IMG_3201_2.JPG

Les piliers sont couronnés de deux grandes pierres d'imposte, sur lesquelles prend appui l'arc triomphal.

La nef est de plan légèrement trapézoïdal, le plus petit côté étant à l'Ouest. La porte de forme plein cintre a été remaniée. Le mur Nord comporte quelques assises en "opus spicatum" (pierres plates posées inclinées sur la tranche et disposées alternativement en épis). L'originalité de cet édifice est d'avoir été construit en réutilisant des briques provenant d'un four antique. Cela suppose l'existence non loin de là d'un ou de plusieurs grands fours (vu la taille des briques) gallo-romains. Le secteur étant particulièrement riche en vestiges archéologiques il ne serait pas étonnant que nous nous trouvions à proximité d'une villa gallo-romaine (domaine viticole) comportant des fours destinés à la production d'amphores. Cela mériterait une opération de prospections archéologiques....

 

IMG_3198.JPG

L'un des piliers supportant l'arc triomphal montrant des briques de four antique.

 

IMG_3197.JPG

Fenêtre du choeur dont la voûte est constituée par des briques de four.

 

IMG_3206.jpg

La même fenêtre vue de l'extérieur.

 

IMG_3200.jpg

Briques de four gallo-romain réemployées dans un mur.

 

IMG_3210.jpg

Porte d'entrée au Sud, remaniée, noter les tegulae (tuiles antiques) en réemploi dans le mur.

 

img070.jpg

Plan de la chapelle Saint Vincent.

Cette chapelle est classée au titre des monuments historiques depuis 1971. Il est à déplorer l'état d'abandon du monument qui vu son état mériterait des travaux de consolidation et de restauration ainsi qu'une  mise en valeur globale du site. Il convient  de rappeler que si cet édifice n'a pas été détruit par son propriétaire contrairement à l'ermitage qui lui était accolé, on le doit à l'initiative de l'abbé Giry qui acheta le site en 1967.

Pour visiter le site qui est situé à 2,5 km au nord-est de Cazouls-lès-Béziers, prendre en direction de Murviel-lès-Béziers. A 2,5 km un chemin se dirige sur la gauche vers le domaine de Salvignac -le-bas, le suivre sur 250 m, se garer et prendre à droite un chemin qui mène 200 m plus bas à la chapelle.

Sources: Abbé Giry Hérault Biterrois ... son passé Lacour éditions 1998.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16/02/2010

Cartes postales, patrimoine de Castelnau-de-Guers

Notre association vient d'éditer trois cartes postales. La première représente la chapelle Saint-Antoine dans les années 1900, la seconde représente le sarcophage de Piquo-talen et la troisième le site géologique l'étendoir des fées.

img221.jpg

La chapelle Saint-Antoine

 

img219.jpg

Sarcophage de Piquo-talen

 

img220.jpg

L'étendoir des fées

 

Ces cartes postales sont en vente par correspondance au prix de 2.60 € l'une port compris, 6 € la série de trois port compris. Paiement par chèque libellé au nom de ASPAHC. Commandes à adresser à ASPAHC 8 bis place de la mairie 34120 Castelnau-de-Guers.

 

 

 

 

13/02/2010

Tours et detours, sur les chemins du patrimoine 20-21 février 2010 Castelnau-de-Guers

 

img216.jpg

 

img215.jpg

 

Lors de notre rencontre en 1994 avec Alain Vogel qui venait de créer le comité de défense du pont de Pailhès, germa l'idée de mettre en valeur le site de l'ermitage de Saint-Antoine. Quinze ans plus tard, réunis à nouveau pour tenter de sauver le pont suspendu, je renouvelai alors à Alain Vogel (devenu depuis Maire de Pézenas et vice-président de la Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée) l'idée de mettre en valeur le patrimoine de ma commune. Il m' assura de son soutien dans cette démarche. Aujourd'hui après plusieurs mois de travail, les étudiants en Master patrimoine de l'Université Paul Valéry à Montpellier (responsable Martine Ambert) présentent au public le fruit de leur travail (publication, exposition, animations) première étape d'une démarche visant à la mise en valeur du patrimoine de Castelnau-de-Guers avec la mise en place d'une signalitique. Vous pourrez juger au cours de ce weekend d'animations de la qualité du travail fourni par ces étudiants du Master patrimoine.

Cette opération dont l'initiative revient à l'association pour la sauvegarde du patrimoine archéologique de Castelnau-de-Guers (ASPAHC) a pu voir le jour grâce au concours de nombreux partenaires :  Office de tourisme de Pézenas Val d'Hérault, Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée, Mairie de Castelnau-de-Guers, Région Languedoc-Roussillon, Association Acanthe, Association ASPAHC, Université Paul Valéry, VMP Patrimoines, Conseil général, DRAC LR, Rotary et Lion's club.

 

15/07/2009

Le Musée de Rieumontagné

Je vous invite à découvrir aujourd'hui le musée de Rieumontagné qui est situé sur la commune de Nages dans le département du Tarn. Si vous voulez fuir la foule qui envahit les plages du littoral, prenez la direction de La Salvetat et ensuite celle du lac du Laouzas. Vous y trouverez une plage moins fréquentée et vous pourrez profiter du magnifique paysage du lac du Laouzas, y pratiquer la baignade, la pêche, et visiter à proximité immédiate le musée qui est installé dans une grande ferme du XVIIIème siècle.

IMG_2238.JPG

Entrée du musée.

 

Aménagé par le Centre de recherche du patrimoine de Rieumontagné, le musée est établi dans la maison du métayer et le corps principal d'une ancienne ferme de Nages. Il propose sur plus de 1600 m2, de vastes collections qui vont de la géologie aux savoir-faire ancien en passant par des scènes de la vie quotidienne ou des copies de statues menhirs qui abondent dans les environs.

 

IMG_2235.JPG

Menhir de Trédos, dans la cour du musée.

 

La visite commence par la salle de géologie. Une belle collection de minéraux est présentée dans des vitrines, minéraux du monde entier et bien évidemment de la Montagne noire. On notera une magnifique fluorite bleutée de fort belles dimensions (environ 0,50 m x 0,40). Les roches du massif granitique, dont les pegmatites, sont également présentées.

 

IMG_2261.JPG

Vue de la salle de géologie.

 

IMG_2251_2.JPG

Echantillonnage de roches.

 

IMG_2249.JPG

Bloc de fluorite de belles dimensions.

 

IMG_2240.JPG

Outillage du tailleur de pierres, carrières de marbre.

 

Une vitrine présente des fossiles du Primaire de la Montagne Noire, trilobites du Cambrien de Coulouma et végétaux du houiller de Graissessac.

 

IMG_2260.JPG

Fossiles du Primaire.

 

IMG_2258.JPG

Trilobites du Cambrien.

La visite se poursuit ensuite par la reconstitution d'un intérieur paysan. Ensuite on peut voir le four à pain, puis l'évocation de plusieurs corps de métiers, sabotier, bourrelier, tonnelier, etc.

 

IMG_2264.JPG

Salle présentant la reconstitution d'un intérieur paysan.

 

IMG_2265.JPG

Le four à pain.

Nous sortons de la ferme et la visite se poursuit à la découverte des techniques et savoir-faire du passé. Les vieux outils évoquent le travail des habitants du Haut Languedoc, travaux des champs, du cuir, du bois, du fer, des textiles. Le musée à travers ses collections dévoile l'évolution technique et l'inépuisable inventivité des hommes qui ont conçu d'innombrables machines destinées à rendre le travail moins pénible.

 

IMG_2268.JPG

Vieilles machines agricoles.

 

IMG_2269.JPG

Batteuse à châtaignons.

 

IMG_2270.JPG

Charrues dombasle.

 

IMG_2272.JPG

Le coin des vieilles charettes.

Dans un autre bâtiment les naturalistes pourront découvrir la faune de cette partie du Haut Languedoc ainsi que les différentes essences de la forêt.

 

IMG_2286.JPG

Vitrine sur la préhistoire.

Le dernier bâtiment vous permettra de découvrir que l'homme préhistorique a occupé la région et qu'il a légué de nombreuses statues menhirs et des objets de la vie quotidienne (poteries, pointes de flèches, etc.). L'époque romaine est également évoquée. 

 

IMG_2284.JPG

Objets gallo-romains.

 

IMG_2287.JPG

Evocation des verreries du Tarn.

Le lac du Laouzas a été réalisé pour la production d'énergie électrique. Une salle est consacrée à la présentation des techniques utilisées avec la réplique de la turbine de l'usine de Montahut. On pourra également découvrir les productions des verreries du Tarn et voir la reconstitution d'une salle d'école et d'un burau de poste du début du siècle dernier. 

 

IMG_2283.JPG

Vieille boîte aux lettres.

A la sortie du dernier bâtiment, admirez la vue sur le lac du Laouzas et en passant par l'accueil vous pourrez feuilleter et acquérir les Cahiers de Rieumontagné, publication du centre de Recherches du Patrimoine de Rieumontagné qui est une association de plus de six cents passionnés par le patrimoine local qui oeuvrent bénévolement.

 

 

IMG_2282.JPG

Le lac du Laouzas vu du musée.

 

Musée ouvert de mai à septembre. Visites guidées pour les groupes toute l'année sur réservation.

Ferme de Rieumontagné-81320 NAGES

Horaires, contacter: 05 63 37 12 29-rieumontagne@wanadoo.fr

http://www.pageloisirs.com/rieumontagne/

index.php

http://rieumontagne.midiblogs.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21/06/2009

La villa de Quintus Iulius Primus ASPIRAN (Hérault)

La villa gallo-romaine de Saint-Bézard est un établissement vinicole antique situé sur la commune d'Aspiran dans la moyenne vallée de l'Hérault. C'est à la suite de travaux agricoles que G.Combarnous découvrit le site dans les années 1950. P.-Y.Genty y fit des sondages en 1978 et depuis 2006 une fouille programmée du site est dirigée par S.Mauné (CNRS) et B.Durand (Université Montpellier III).

 

vallee_dourbie-1.jpg
Vue du site avant les fouilles.

Disposant de la citoyenneté romaine comme l'indiquent ses tria nomina (prénom, nom de famille et surnom), Quintus pourrait être le fils d'un colon romain installé par Auguste sur le territoire de la colonie de Béziers dans les années 30 av. n.è. ou bien un immigré italien de la région de Pouzolles (Campanie) établi dans la vallée de l'Hérault pour y développer ses affaires au tout début du 1er s.

La découverte de plusieurs documents épigraphiques distincts mentionnant son nom prouve qu'il s'agit bien du fondateur/propriétaire de la villa en cours de fouille. Dans l'atelier de potier attenant à la villa on a trouvé plusieurs estampilles portant les tria nomina. Quintus est aussi mentionné par un timbre sur dolium connu en deux exemplaires, l'un trouvé sur une autre villa à quelques kilomètres au nord, le second exemplaire a été trouvé lors de la fouille d'un four à dolia sur le site. Enfin un anneau en bronze porte une mention de Quintus et le fait le plus intéressant  est une coupe décorée qui porte un timbre de Quintus qui a été mise à jour au fond d'une fosse et qui était protégée par des fragments de dolium. Il s'agit d'un dépôt de fondation destiné à la protection de la villa et de ses occupants.

 

villa-generale_aspiran.JPG

Vue générale prise de l'Ouest, des fouilles 2006/2007 cl. S.Mauné 2007.

La villa de St-Bézard a été fondée au début du 1er s par Quintus Iulius Primus, elle est établie à proximité de la rivière Dourbie et en bordure de la voie antique qui longeait le fleuve Hérault depuis St-Thibéry (Cessero) jusqu'à Lodève (Lutéva). Cette situation privilégiée permettait la diffusion des productions locales vers le Massif Central et la Méditerranée depuis le port d'Agde.

 

mas108.jpg

Plan général de la villa.

La villa couvre une surface d'environ un hectare, de vastes installations viticoles ont été fouillées en 2006/2007. D'une forme en U et d'environ 50 m de côté, la villa qui a été établie au sud de l'atelier de potiers est bordée d'une galerie couverte. La construction avec des murs bâtis à la chaux a été édifiée entre 10 et 20 ap. J.-C. Les chais viticoles pouvaient acceuillir 150 dolia. Fabriqués dans l'atelier attenant, les dolia avaient une contenance variant entre 12 et 14 hectolitres. On estime la capacité de stockage de la villa à un peu plus de 1800 hectolitres de vin. Les archéologues estiment que la surface occupée par la vigne était sans doute importante, au moins 60 hectares si l'on attribue au vignoble de Quintus un rendement moyen de 30 hectolitres/ha. On estime à environ une trentaine le nombre de personnes attachées à cette culture, chiffre auquel il faut ajouter les potiers, artisans et ouvriers agricoles nécessaires à la bonne marche du domaine.

 

P4171882.JPG

Le chai en cours de fouille.

Il semblerait que l'activité vinicole semble se maintenir jusque dans la seconde moitié du IIIe s. La fouille des chais a permis d'observer des remaniements qui témoignent de l'activité vinicole pendant plus de 250 ans. On note une organisation rigoureuse des installations vinicoles : une longue rampe d'accès permettait aux charettes chargées de raisin d'atteindre la plate-forme où étaient installés les fouloirs et les pressoirs. Le jus s'écoulait par gravité dans deux grands dolia et une cuve de réception avant d'être stocké, pour sa vinification, dans les dolia.

 

P4171890.JPG

Deux niveaux de dolia.

 

img_1193738263078.jpg

Dolium, Musée de Lattes (Hérault).

 

beaucaire-gouter-vin-romain-gard-1.jpg

Pressoir romain reconstitué et jarres à vin (dolia) au Mas des Tourelles, Beaucaire (Gard).

Des constructions à usage thermal ont été ajoutées dans les années 20/40. Une vaste piscine à abside a enfin été ajoutée au dispositif, probablement dans le courant du Ier s. La villa reste occupée jusqu'au Ve s.

 

piscine.JPG
La piscine au sol en béton de tuileau.

 

Sources: La villa de Quintius Iulius Primus ASPIRAN (Hérault) plaquette éditée par le Club archéologique de Montagnac-Pézenas 2008.

04/06/2009

Découverte géologique du Luberon (2)

 Si vous visitez le Luberon et que la géologie vous passionne, je vous conseille d'aller visiter la Maison du Parc naturel régional du Luberon qui est située dans la ville d'Apt. On y découvre la richesse du patrimoine géologique, roches, fossiles, paysages, qui a amené il y a une vingtaine d'années à la création de la réserve naturelle géologique du Luberon.

IMG_2052.JPG

Au fil de l’histoire géologique du Luberon depuis 150 millions d’années, on feuillette les archives de la Terre et de la Vie, qui ont permis de reconstituer les paléo-géographies et paléo-environnements des mondes passée et disparus. Des fresques font revivre ces paysages anciens du Luberon, marin, lacustre ou continental.  A voir aussi à la Maison du Parc : l’exposition permanente «Genèse d’un territoire remarquable» présentant aussi les milieux naturels (faune et flore) du Luberon, l’habitat et les villages perchés et des expositions temporaires.

DSCN2828.JPG
IMG_2066.JPG
IMG_2035.JPG

Cette région est réputée pour les fossiles du Tertiaire que l'on trouve dans des roches beige ou jaune clair d'aspect feuilleté autour de Viens, Céreste, Vachères. Ce sont des calcaires qui sont pour le paléontologue une source d'information inestimable. 

DSCN2826.JPG
IMG_2046_2.JPG

On trouve au hasard du clivage des plaquettes de calcaire des poissons en abondance, mais également des feuilles, des insectes, des grenouilles, des oiseaux, des tortues et même un crocodile, tous ces restes étant parfaitement conservés. Ici une grenouille fossilisée.

IMG_2051.JPG
.

IMG_2059.JPG

 Coquillages, dents de requins

IMG_2054.JPG

 Os de Deinotherium, mandibule de sanglier, mandibule de rhinocéros.

IMG_2033.JPG

 Fossile d'oiseau (sorte d'ibis) dont on peut observer les plumes qui sont parfaitement conservées. 

IMG_2053.JPG

 Crâne d'hipparion (équidé) provenant de Cucuron.

IMG_2044.JPG

 Squelette de Dugon (sirénien) provenant de Manosque.

IMG_2069.JPG

Panneau présentant la formation des montagnes, avec des maquettes qui permettent de comprendre comment se sont formés des failles, plis et synclinaux.

 

 La maison du parc du Luberon est installée dans un hôtel particulier du XVIIIe siècle qui se trouve dans le centre historique. 

Maison du Parc naturel régional du Luberon

60 place Jean Jaurès 84404 APT

Tél. 04.90.04.42.00

paleon.htm

 

 

 

 

 

12/03/2009

Pézenas et le Pont de Pailhès, suite...

 

Le quotidien Midi libre vient de publier ce jeudi 12 mars un article concernant le Pont de Pailhès. On y relate la démarche que j'ai effectuée auprès du maire de Pézenas Alain Vogel pour savoir ce qu'il comptait faire pour sauver ce pont qui l'avait tant mobilisé en 1994. Pourquoi Alain Vogel n'a t-il pas répondu à mon courrier ? Pourquoi mon courrier a t-il été transmis au service patrimoine de la communauté d'agglo Hérault Méditerrannée ? Pourquoi vouloir faire partager les frais de restauration du pont avec la commune de Castelnau de Guers ? Le pont est situé sur la commune de Pézenas, je ne vois pas pourquoi la commune de Castelnau de Guers devrait participer à cette restauration. La solution pour conserver ce pont serait que le premier magistrat de la cité de Molière intervienne pour demander le classement du pont au titre de l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Non seulement il serait sauvé de la destruction et en plus on pourrait l'ouvrir à la circulation des cyclistes, ce qui serait pour ces derniers moins dangereux que la traversée du pont nouveau. mas037.jpg

 

 

02/03/2009

Le pont de Pailhès

Le quotidien Midi libre a consacré un article ce lundi 2 mars 2009 sur le sujet de la déconstruction du pont de Castelnau. Il est rappelé que notre association a interpellé le maire de Pézenas pour lui demander d'intervenir afin d'éviter la destruction de ce patrimoine qui est situé sur sa commune.

IMG_1646.JPG

Le courrier que l'ASPAHC a envoyé à Alain Vogel maire de Pézenas il y a huit jours n'a pour l'instant pas été suivi  de réponse. 

 

22/01/2009

Le chantier Saint-Antoine à Castelnau de Guers : à la recherche d'un maçon compétent en pierres sèches

 

Vue de l'ermitage en 1940. 098.jpg
Le chantier de restauration de la chapelle de Saint-Antoine a repris fin 2008. L'association du patrimoine ASPAHC a procédé dans un premier temps au nettoyage du site, chapelle et ermitage. Des dégradations ayant été commises après l'incendie criminel de l'été 2007  (des imbéciles se sont attaqués aux murs de la chapelle), nous avons enlevé les pierres jonchant le sol. L'oliveraie a été nettoyée et débarrassée des pins qui avaient poussé car ils étouffaient les oliviers. Nous avons débroussaillé les abords de la chapelle et passé du désherbant en espérant  en venir à bout des ronces envahissantes . 

 

 face nord1975.jpg

 

Voici une vue de la chapelle qui a été prise en 1975. Si le bâtiment de l'ermitage qui est accolé à la chapelle est déjà complètement ruiné, on aurait pu à cette époque là sauvegarder l'édifice religieux sans trop de mal. Malheureusement personne ne s'en est préoccupé !

 

Déc 86.jpg

Sur cette vue prise en décembre 1986 on peut constater que tout le pan de mur de la face Nord de la chapelle s'est écroulé. Il subsiste encore en place l'arc triomphal qui quatre ans après en 1990 quand nous entreprendrons de sauver le site, sera détruit également. 

 

IMG_1058.JPG

Comme si les outrages du temps ne suffisaient pas, le site subit le vandalisme idiot. Après les murs qui ont été saccagés, c'est au tour d'une porte grille que l'on s'en est pris à coups de pierres contre la serrure. Pourquoi ? entrer dans la chapelle ? il n'y a rien à l'intérieur !

 

IMG_1099.JPG

Face à cet état de fait nous avons été contraints de placer une plaque métallique afin de protéger la serrure. Nous en avons profité pour repeindre les grilles !

 

PA282589.JPG

Aujourdh'ui nous sommes à la recherche d'un maçon bénévole maîtrisant la construction des murs en pierre. Nous allons reprendre le chantier au cours du mois de mars. Nous comptons travailler un week-end tous les deux mois afin de ne pas lasser les participants.  Nous faisons appel à toutes les bonnes volontés qui peuvent nous contacter sur le mail de l'association: aspahc@yahoo.fr