Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/11/2012

Sites templiers et hospitaliers du Larzac

2- Sainte Eulalie de Cernon

DSC_0043.jpg

Vue générale du bourg.

Nous poursuivons notre circuit du Larzac Templier et Hospitalier (voir note du 19 aout 2012) par la découverte de la Commanderie Templière et Hospitalière de Sainte Eulalie de Cernon (XIIe-XVIIIe siècles) qui est la mieux préservée de France.

DSC_0046.jpg

Tour et porte principale.

DSC_0047.jpg

Vue rapprochée de la porte principale.

Les Templiers ont construit à Sainte Eulalie leur Commanderie qui sera leur siège, lorsqu'ils se sont installés sur le Larzac au XIIème siècle. Au XIVème siècle les Hospitaliers qui leur ont succédé ont poursuivi son aménagement. C'est au XVème siècle qu'ils ont édifié les remparts avec des tours d'angle et les portes fortifiées autour du bourg.

DSC_0050.jpg

La porte principale vue depuis l'intérieur du bourg.

Le village est protégé par une enceinte de forme trapézoïdale. Elle a été élevée de 1442 à 1446. Le mur d'enceinte a conservé sa hauteur initiale de 10 à 12 mètres. Des maisons sont venues s'appuyer contre la muraille au  XIXème siècle.

DSC_0106.jpg

Les trois tours à l'entrée de Sainte-Eulalie.

DSC_0108.jpg

Crénelage d'une tour ronde.

DSC_0110.jpg

Crénelage d'une tour carrée.

On prendra plaisir en déambulant dans les ruelles de Sainte-Eulalie à découvrir les vieilles habitations. A ne pas manquer une maison du XVème siècle qui est contemporaine de l'enceinte. Elle a été remaniée et embellie au XVIIème siècle. A voir sa terrasse à balustre, son escalier extérieur et sa tourelle d'escalier.

DSC_0054.jpg

Maison des XV-XVII ème siècles.

DSC_0055.jpg

La tourelle d'escalier.

Arrivé à la place au centre du village on pourra découvrir la fontaine en pierre du XVII ème siècle ainsi que l'église des Templiers qui date du XII ème siècle et dont le sens a été inversé en 1642.

DSC_0100.jpg

La place du village.

DSC_0099.jpg

La fontaine en pierre.

DSC_0070.jpg

L'église.

DSC_0074.jpg

le portail d'entrée de l'église.

DSC_0102.jpg

Pavage décoratif du portail de l'église.

DSC_0083.jpg

Les stalles de l'église de Sainte-Eulalie.

DSC_0077.jpg

Détail d'un siège sculpté.

DSC_0093.jpg

Cuve des fonds baptismaux.

DSC_0063.jpg

Façade ornée de fenêtres à meneaux.

DSC_0123.jpg

Bonne visite de ce village qui a été classé en 2011 au patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

(Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur de ce blog).

 

19/08/2012

Sites templiers et hospitaliers du Larzac

 Nous vous proposons aujourd'hui d'aller à la découverte des sites templiers et hospitaliers du Larzac qui se trouvent dans le sud Aveyron. Depuis 1997, à l'initiative du Conseil Général de l'Aveyron, le Conservatoire Larzac Templier et Hospitalier poursuit un programme de valorisation et de développement touristique de cinq sites réunis au sein du " Circuit Larzac Templier et Hospitalier ". Il s'agit de La Cavalerie, de La Couvertoirade, de Sainte-Eulalie de Cernon, de Saint-Jean d'Alcas et du Viala du Pas de Jaux.

1. La Cavalerie

DSC_0019.jpg

Entrée principale du bourg.

Le village de La Cavalerie a été créé par les Templiers. La création de l'ordre du Temple remonte à 1120, les Templiers s'installent sur le Larzac en 1153. La commanderie de La Cavalerie fondée par les Templiers a vu s'y développer le bourg, puis elle a été fortifiée par les Hospitaliers au XVe siècle. Les fortifications ont subi de fortes dégradations pendant les guerres de religion.

 

DSC_0020.jpg

Une porte d'entrée du bourg.

DSC_0023.jpg

Habitations à l'intérieur de l'enceinte.

DSC_0026.jpg

Encadrement d'une porte.

DSC_0022.jpg

Encadrement d'une petite fenêtre.

Les fortifications de La Cavalerie ont connu une importante réhabilitation qui a necessité douze années de travaux. On peut désormais accèder au chemin de ronde et découvrir un beau panorama qui s'offrira à vous depuis le Lévézou jusqu'à la chaine des Cévennes.

DSC_0031.jpg

Tour carrée de la porte Est, ornée de mâchicoulis.

DSC_0028.jpg

La porte principale vue de l'intérieur du bourg (tour du XVIIe siècle).

En flanant dans La Cavalerie on pourra y découvrir d'anciens hôtels particuliers, de belles portes du XVIIème siècle et de petites échoppes. L'église actuelle rebâtie au XVIII ème siècle vous permettra d'y découvrir à l'intérieur les vestiges de la chapelle des Templiers.

DSC_0037.jpg

Une tour ronde.

DSC_0038.jpg

Tour et chemin de ronde.

DSC_0036.jpg

Vue du rempart restauré.

Ce village a conservé un bâti traditionnel. En accédant aux remparts vous aurez l'occasion de découvrir l'intérieur de deux maisons caussenardes très caractéristiques.

Bonne visite. 

(reproduction interdite sans autorisation de l'auteur)

13/04/2012

Le Vigan (Gard) Exposition Mines et minéraux en Cévennes

De roches et dhommes AFFICHE.jpg

Le musée cévenol du Vigan propose une nouvelle exposition temporaire du 13 avril au 31 octobre 2012. Le titre de cette exposition est "de Roches et d'Hommes, mines et minéraux en Cévennes". 

Le passé minier de la région est riche et ancien puisqu'on compte plusieurs siècles d'activité minière dans les Cévennes viganaises. L'origine des exploitations sera évoquée autour de la charte minière du district d'Hierle (premier code minier datant du XIIIème siècle) et des découvertes archéologiques récentes.

Au cours des XIXème et XXème siècles, de nombreuses concessions sont accordées sur les montagnes du lingas, de l'Aigoual, de la Fages ou du Liron. Grâce aux documents d'archives, aux photos anciennes ou récentes, l'exposition montrera le rôle majeur qu'ont joué ces exploitations dans le développement socio-économique du Pays Viganais, l'importance des travaux souterrains, les aménagements de surface, les modifications apportées aux paysages, le rôle social et humain.

Bien entendu la mine des Malines qui, de part ses proportions et son histoire, a été un pôle économique majeur pour le Pays viganais, sera mise à l'honneur.

Les minéraux de cette région seront présentés autour de prêts et de dons que des collectionneurs souhaitent offrir au musée.

VERNISSAGE : vendredi 13 avril à 18h00

CONFERENCE : samedi 2 juin à 15h00

La gemmologie : son utilité

Conférence de Michel Boudard, gemmologue, diplômé de l'Université de Nantes.

 

 

 

27/02/2012

La " tour " de Valros

DSC_0107.JPG

Vue de la tour perchée sur une éminence basaltique.

A 1200 m au nord ouest de la commune de Valros près de Pézenas, se dressent les vestiges bien conservés d'une forteresse médiévale qui est localement dénommée "tour".

Cet édifice est mentionné pour la première fois dans un texte daté de 1199 dans lequel Raymond Roger Trencavel vicomte de Béziers donne à son vassal Etienne de Servian l'autorisation de construire les fortifications de la fortia sur le podium de Valros.

DSC_0071.JPG

Vue de la façade principale.

DSC_0056.jpg

L'encadrement de la porte d'entrée.

A l'initiative de la mairie de Valros ce site remarquable a fait l'objet en 2010 d'un vaste projet d'aménagement et de mise en valeur du site de la "tour".

DSC_0045.JPG

Plan du site.

DSC_0099.JPG

Chemin d'accès à la tour.

DSC_0098.JPG

Aire de pique nique.

DSC_0079.JPG

Passerelle donnant accès à l'intérieur de l'édifice.

DSC_0072.JPG

Aménagement d'une plateforme de point de vue avec table d'orientation.

DSC_0055.JPG

La plate forme et la table d'orientation.

DSC_0052.JPG

Niveau d'arrase de mur et vue sur la plaine depuis la plateforme.

Mis à part le texte mentionnant la fortia on ne connaissait rien d'autre sur l' histoire du lieu. Quatre campagnes de fouilles ont été conduites sur le site par D. Paya en 1994, 1996, 1998 et 2000. Elles ont permis de découvrir la présence sur le site d'une nécropole carolingienne des 8e - 10 e siècle qui a été détruite lors de l'édification de la tour et des fossés. 

Cette forteresse de plan carré orientée sud-ouest / nord-est n'a été occupée que pendant quelques décennies. Le fort construit au XIII ème siècle a été abandonné vers 1250. Les sondages archéologiques réalisés en 2010 n'ont révèlé aucune trace d'abandon brutal. Le site a été abandonné et méthodiquement démonté dans les zones les plus accessibles, au nord.

DSC_0048.JPG

L'intérieur de l'édifice et la tour du télégraphe.

DSC_0080.JPG

Le mur nord en grande partie démantelé.

Une citerne est visible à l'intérieur de la construction militaire. Une imposante tour devait être construite à l'intérieur de l'édifice comme le montrent des harpes d'attente situées dans l'angle nord-est du fort. Une tour du télégraphe Chappe a fonctionné sur le site de 1834 à 1853. C'était le poste n° 20 de la ligne Avignon-Bordeaux. Les autres tours étaient situées à Aumes (10 km) et Béziers (12,600 km).

DSC_0051.JPG

La citerne et les bases de logis du fort.

DSC_0082.JPG

La tour du télégraphe Chappe.

DSC_0058.jpg

Plan des vestiges du fort.

DSC_0084.JPG

Arrase des murs du fort et du logis.

DSC_0064.JPG

Hypothèse de restitution du bâtiment.

De par son excellent état de conservation et sa typologie caractéristique d'une fortification militaire antérieure à la croisade contre les Albigeois, la forcia de Valros est un vestige médiéval exceptionnel. Il convient de saluer ici l'initiative de la mairie de Valros qui a permis de préserver ce patrimoine exceptionnel et je souhaite que cet exemple soit suivi par d'autres communes. Et bien sur je vous invite à découvrir le site et son aménagement exemplaire.

(reproduction interdite sans autorisation de l'auteur)

11/12/2011

Dolmen Le "Palet de Roland" ou dolmen des Fades à Pépieux (Aude)

A la limite de l'Aude et de l'Hérault, se trouve le plus long dolmen du sud de la France. Il est situé sur la commune de Pépieux, sur un mamelon couvert de pins. On l'appele "Palet de Roland", car selon une légende Roland le neveu de Charlemagne, y aurait laissé l'empreinte de sa main. On le désigne aussi en occitan sous le terme de Dolmen Lo Morrel dos Fados ou Dolmen de las Fadas (Dolmen des Fées).

DSC_0268.JPG

Vue générale du monument depuis le couloir d'accès.

C'est le plus long dolmen du sud de la France, de 24 m de développement, inclus dans un tumulus d'une longueur de près de 35 m. Un long couloir mêne à une porte donnant accès à une " ante-cella " tandis qu'une seconde porte ouvre sur la chambre funéraire terminale.

DSC_0266.JPG

 Vue du couloir d'accès.

DSC_0272.JPG

Détail du parement interne du couloir.

Le couloir d'accès est constitué par des murettes en pierre sèche dans lesquelles sont inclus des blocs de grès monolithes.

DSC_0270.JPG

Vue d'une porte "en four".

DSC_0259.JPG

Vue montrant la porte en forme de four et les monolithes supportant une dalle de couverture.

DSC_0261.JPG

Vue de la seconde porte qui donne accès à la chambre terminale.

La seule dalle de couverture qui est encore en place est imposante. Elle mesure 4,50 m de long sur 3,10 m de large et 40 à 55 cm d'épaisseur. Son poids est estimé à 25 à 30 tonnes. Elle est constituée par un calcaire à nummulites dont le plus proche gisement est situé à 3 km.

DSC_0274.JPG

Vue de la dalle de couvertiure encore en place.

DSC_0262.JPG

L'imposante dalle de couverture (vue prise de l'Ouest).

Au début du XXe siècle, la partie visible du dolmen ne comportait qu'une grosse dalle calcaire inclinée reposant d'un côté sur le sol, de l'autre sur trois piliers en grès. En 1946 Jean Arnal, Louis Jeanjean et Odette et Jean Taffanel dégagent une partie du monument. Ensuite sous la direction de Jean Guilaine une fouille de sauvetage, accompagnée d'une première restauration, à lieu de 1962 à 1965. En 1972 une consolidation du monument qui a été classé en 1969 est réalisée par la Conservation Régionale des Bâtiments de France. Une nouvelle restauration a été entreprise de 1997 à 1998 rendant au dolmen un aspect proche de son état initial lors de sa construction au IIIème millénaire.

sap01_hy2925zz_v.jpg

DSC_0264.JPG

Vue du dolmen depuis la dalle de chevet.

Le dolmen de Pépieux est situé à environ 1,2 km au nord du village. Prendre face à l'église du village la  D206 jusqu'au domaine de la Mignarde, puis prendre à gauche la D168 en direction de Siran. Le dolmen est à 500 m et est bien signalé. Bonne visite.

(Toute reproduction interdite sans autorisation de l'auteur)

27/10/2011

Le Musée Archéologique du Minervois à Olonzac

DSC_0287.JPG

Le musée archéologique du Minervois, du Centre de recherche et de documentation du minervois (CRDM) a été inauguré il y a une dizaine d'années, il est installé dans les anciens bains douches de la ville d'Olonzac dans l'ouest héraultais.

DSC_0304.JPG

Crâne d'ours des cavernes.

DSC_0290.JPG

Coprolithes d'hyène des cavernes.

DSC_0291.JPG

Vitrines d'exposition.

Le musée comporte deux salles d'exposition, l'une d'elles est consacrée à l'archéologie du Minervois depuis la préhistoire ancienne jusqu'au moyen-âge, l'autre salle qui porte le nom de l'archéologue  plongeur biterrois André Bouscaras est consacrée aux découvertes de ce dernier (mobilier amphorique). 

DSC_0298.JPG

Epées chasséennes en os, nécropole de Siran.

DSC_0296.JPG

Lampes à huile gallo-romaines.

DSC_0297.JPG

Vaisselle en bronze gallo-romaine.

DSC_0301.jpg

Amphore africaine type spatheion.

DSC_0300.JPG

Salle André Bouscaras, diverses amphores.

Le musée archéologique du CRDM à Olonzac vaut le détour pour la qualité du mobilier archéologique qui est présenté dans ses vitrines. Hors saison touristique le musée est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h.

14/10/2011

La chapelle Saint-Germain de Cesseras (Hérault)

DSC_7138b.jpg

Dans une région que j'affectionne particulièrement, le Minervois, voici la chapelle romane Saint-Germain de Cesseras ou chapelle Saint-Germain de la Serre. Elle est située à deux kilomètres à vol d'oiseau à l'ouest du village de Cesseras, dans l'ouest héraultais. Elle a été construite aux XIe et XIIe siècles. Elle fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1947.

DSC_0280.JPG

 Le chevet

DSC_0286.JPG

Bandes lombardes

DSC_0278.jpg

Fenêtre à arc monolithique et cordon de basalte noir

Lorsqu'on observe cet édifice on distingue une différence d'appareil qui révèle deux phases de construction. Son superbe chevet roman lombard à abside unique est édifié en pierre de taille de teinte brune. L'abside est surmontée d'une corniche biseautée et elle est couverte d'ardoises. 

DSC_0275.jpg

Portail polychrome de la façade méridionale

DSC_0276.jpg

Polychromie du portail

On remarquera dans la façade méridionale le portail aux claveaux polychromes (blanc, beige, brun, ocre et noir) qui est abrité sous un arc de décharge supporté par deux puissants contreforts. Deux fenêtres dont l'une est sembable à celle du chevet sont visibles sur cette façade.

L'accès à la chapelle se fait à partir du village de Cesseras en suivant la direction de Siran pendant deux kilomètres puis en tournant à droite sur une petite route que l'on suit pendant un kilomètre.

 

17/09/2011

17 et 18 septembre Journées Européennes du Patrimoine

affichage_jp2011.jpg

Cette année l'ASPAHC vous propose le programme suivant : samedi 17 septembre à 20h30 à la salle du peuple de Castelnau-de-Guers CONFERENCE-DIAPORAMA "Richesses géologiques et paléontologiques du département de l'Hérault" par Noël HOULES.

Le département de l'Hérault possède un patrimoine géologique et paléontologique riche et varié puisqu'on y trouve des terrains se rapportant aux quatre ères géologiques, Primaire, Secondaire, Tertiaire et Quaternaire. C'est près de 600 millions d'années de vie qui seront présentées au cours de cette conférence en attendant qu'une ville puisse accueillir les collections de l'ASPAHC.

Dimanche 18 septembre "Au temps des fées et des marquis" visite théâtralisée du village par la compagnie des "Rosse moustiques" (durée 1h30) départ à 17h00 de la porte Minerve. A 18h30 visite de l'église Saint-Sulpice et apéritif.

10/08/2011

Le Musée de Pépieux (Aude)

Voici un musée qui a été créé par un amateur passionné de paléontologie, Régis Liria. Il est situé sur la commune de Pépieux dans le Minervois, près d'Olonzac. La collection de vertébrés fossiles de l'Eocène patiemment récoltée par Régis Liria mérite à elle seule le déplacement. Les sites de Pépieux (Aude) et de La Livinière (Hérault) ont fourni de nombreux restes fort bien conservés de Lophiodons (animal disparu proche des tapirs) et de Propachynolophus (ancètre d'équidés). On ne saurait trop louer la municipalité de Pépieux qui a mis à la disposition de notre amateur des locaux pour y installer ce musée. Voilà 20 ans que j'attends la même chose dans ma commune pour y installer un musée similaire ! Le musée de Pépieux est divisé en deux parties, la première pièce au rez-de-chaussée est consacrée à la paléontologie, tandis qu'à l'étage on pourra découvrir des minéraux provenant de l'ancienne mine de Salsigne et d'autres pays comme l'Espagne.

DSC_0054.JPG

Salle de minéralogie.

DSC_0052.JPG

Vitine sur le gypse.

La salle de paléontologie est consacrée aux fossiles du Tertiaire. Une vitrine cependant est dévolue aux fossiles du Primaire, les trilobites de la Montagne noire. Pour les fossiles du Tertiaire, plusieurs vitrines nous présentent la richesse locale en vertébrés, lophiodons, tortues, crocodiles. Des oursins, des poissons (requins et raies) une belle flore fossile, et des coquillages sont aussi exposés.

DSC_0056.JPG

Diverses mâchoires de lophiodons.

DSC_0074.JPG

Autres restes dentaires de lophiodons.

DSC_0062.JPG

Mâchoires inférieures de Propachynolophus.

DSC_0077.JPG

Autres restes de lophiodons.

DSC_0080.JPG

Carapace de tortue.

DSC_0055.jpg

Vue de l'intérieur d'une carapace de tortue.

DSC_0075.JPG

Toujours du lophiodon !

DSC_0061.JPG

Une autre mâchoire inférieure de lophiodon.

DSC_0065.JPG

Vitrine sur les poissons tertiaires.

DSC_0064.JPG

Dents de requins.

DSC_0063_2.JPG

Pavé dentaire de raie.

DSC_0067.JPG

Oursins amphiope et scutella.

DSC_0070.JPG

Feuilles fossiles de Peyriac de mer.

DSC_0081.JPG

Restes de crocodiles.

Voilà donc un petit musée dans une petite commune mais avec de belles pièces qui ne dépareilleraient pas dans un grand muséum ! Le musée de Pépieux se visite toute l'année sur rendez-vous. Il faut contacter Régis Liria au 04-68-91-51-58 ou 06-68-75-90-84.

27/07/2011

L'ébauche de statue de l'homme primitif à Saint-Maurice de Navacelles

Dans ma note du 17 juillet, consacrée au dolmen de Coste-Caude à Saint-Maurice de Navacelles, je vous ai parlé d'une curiosité qui est en fait une ébauche d'une sculpture de l'homme primitif, en miniature, oeuvre de Paul Dardé, et qui a servi d'essai pour la monumentale statue qui est visible au musée national de préhistoire aux Eyzies en Dordogne. Une copie de la sculpture est visible à la Halle Paul Dardé au centre de Lodève. 

4821792158_2b40b44020.jpg

Statue de l'homme primitif.

861124846.jpg

Carte postale.

eyzies-chateau-musee.jpg

La statue et le Musée de préhistoire des Eyzies.

Le sculpteur Paul Dardé est né à Octon le 4 juillet 1888 et il est mort à Lodève en 1963. Il a entre autres sculpté plusieurs monuments aux morts dans l'Hérault, Lodève, Clermont, Soubès, Saint-Maurice de Navacelles, le Bousquet d'Or. On peut voir ses oeuvres au musée d'Orsay à Paris et au musée de Lodève.

L'ébauche de statue qui fait l'objet de cette note se trouve sur le chemin d'accès au dolmen de Coste-Caude à Saint-Maurice de Navacelles. On pourrait y passer devant sans s'en apercevoir, car il s'agit d'un rocher de calcaire dolomitique dressé comme il y en a des milliers sur le causse. On pourrait aussi la confondre avec un menhir ! cette pierre doit faire dans les deux mètres de hauteur. Pour l'observer, dès que l'on a franchi le portillon qui donne accès vers le dolmen, tourner sur la gauche, vous verrez la pierre sculptée à environ 50 m.

IMG_4453.jpg

L'ébauche de sculpture de l'homme primitif.

IMG_4450.jpg

Vue rapprochée.

IMG_4449.JPG

Tête de l'homme primitif.

IMG_4448.JPG

Voici le rocher dolomitique dans lequel est sculpté l'homme primitif, ayez l'oeil !

Accès: se rapporter à la note sur le dolmen de Coste-Caude.

Pour en savoir plus sur Paul-Dardé