Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/12/2014

Une nécropole du premier âge du fer découverte à Cournonterral (34)

 

Sur la commune de Cournonterral, à une dizaine de kilomètres au sud ouest de Montpellier une fouille préventive a été prescrite par le service régional de l'archéologie (DRAC Languedoc-Roussillon) en amont de la construction d'un lotissement. Les sondages effectués au cours du diagnostic archéologique ont permis d' identifier une occupation humaine depuis le néolithique. Le site a également été occupé au premier âge du fer et à l'époque romaine. Des silos, des grandes fosses, des fossés et des trous de poteaux illustrent l'occupation du site entre le Ve et le IIe siècle avant notre ère. Par la suite un chemin associé à des sépultures du IIIe siècle révèle une occupation de l'Antiquité.

670x510_9861_vignette_Unue-tombe-bucher-premier-age-du-Fer-et-sa-base-empierree-c-F.-Maziere-Inrap.jpg

Une tombe-bûcher du premier âge du Fer. et sa base empierrée.

Ces recherches archéologiques menées par l'INRAP ont permis de réaliser une découverte exceptionnelle, une nécropole du premier âge du Fer datée du VIIe siècle avant notre ère dans un état de conservation remarquable puisque même le sol de circulation de l'époque a été préservé. 

670x510_9859_vignette_Fouille-d-une-tombe-bucher-prelevements-en-cours-c-C.-Martinez-Inrap.jpg

Fouille d'une tombe-bûcher, prélèvement en cours.

La fouille de cette nécropole, sous la responsabilité du chercheur Florent Mazière a mis en évidence deux types de sépultures, des tombes composées d'un simple vase ossuaire et des "tombes bûcher" d'un type inédit en Languedoc-Roussillon. Ces sépultures sont marquées par des empierrements rectangulaires qui forment l'assise du bûcher, longs de 2 m, larges de 0,80 m et hauts de 0,25 m. Des centaines d'os brûlés, restes de la crémation se trouvent entre les pierres.

670x510_9858_vignette_Fouille-d-une-tombe-bucher-c-C.-Martinez-Inrap.jpg

Fouille d'une tombe-bûcher.

Le mobilier associé à ces ossements se compose d'objets de parure (bracelets, anneaux,perles, en alliage cuivreux et en ambre) d'armes (épées, pointes de lances en fer) et des objets de la vie quotidienne (fusaïoles) qui nous renseignent sur le sexe et le statut social des morts. On a ici affaire à un groupe particulier, sans doute l'élite de cette communauté. Des os d'animaux et des vases sont également placés dans le bûcher ou ses abords. La forme des récipients évoque surtout des services de boisson (coupelles, gobelets, cratères). Ces objets reflètent la complexité des gestes funéraires (libation, banquet...). Chaque "tombe-bûcher" est dotée d'un vase ossuaire enfoui dans la tombe qui était recouverte d'un tumulus de terre.

670x510_9863_vignette_Vases-en-ceramique-associes-aux-tombes-c-C.-Martinez-Inrap.jpg

Vases en céramique associés aux tombes.

La nécropole des Joncasses se distingue des autres ensembles funéraires de la région par la présence de structures à vocation cultuelle, au premier rang desquelles un enclos fossoyé. D'une superficie de 100 m2 environ, muni d'une palissade, il est doté d'une très petite entrée soulignée par d'imposants poteaux lui conférant un caractère monumental. La forme de l'enclos (ovale allongé) renvoie à des modèles septentrionaux (Landgraben), très rarement attestés au sud de la Loire.

670x510_9864_vignette_Vue-aerienne-de-l-enclos-c-Inrap.jpg

Vue aérienne de l'enclos funéraire.

Sources : INRAP, photographies Cécile Martinez, Florent Mazière (INRAP).

 

Les commentaires sont fermés.