Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/06/2013

Le Pog de Montségur

 

De longue date je révais d'aller découvrir le "pog" de Montségur, pour son histoire et l'émotion qui se dégage en ce haut lieu du Catharisme qui est situé au coeur des Pyrénées ariégeoises. Tout le monde connait l'histoire de ces cathares qui se désignaient eux mêmes comme "Bons Hommes" et "Bonnes Dames" ou "Bons Chrétiens"  et qui furent victimes de l'Eglise et de l'intolérance et périrent sur le bûcher allumé le 16 mars 1244. J'ai ressenti une émotion intense en visitant ces lieux et à l'évocation de l'épisode tragique, à l'écoute d'un guide formidable qui pour une fois n'avait pas l'accent pointu ! car il était originaire du coin. Je vous l'avoue, je ne suis pas un adepte des visites guidées, je préfère visiter les sites de manière libre en prenant tout mon temps pour cela et  en me documentant à l'avance. Lorsque je ne peux pas faire autrement que de suivre (ou subir) une visite guidée ça m'agace fortement lorsque je constate que ça n'est pas quelq'un du cru qui est employé comme guide.... 

DSC_0644.jpg

Le "Pog" ou piton calcaire de Montségur et son château.

Revenons au château de Montségur. Ce que l'on peut voir aujourd'hui au sommet du pog est postérieur à l'époque des cathares. Il s'agit en effet des vestiges d'une forteresse royale  qui a été élevée à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle en lieu et place de la partie centrale de l'ancien castrum. Cette forteresse a jusqu'au XVIe siècle assuré le rôle de poste de surveillance avancée du royaume des Lévis qui était le nouveau seigneur des lieux après la reddition cathare de 1244.

DSC_0519.jpg

La forteresse vue de côté.

DSC_0594.jpg

La forteresse vue de face et son entrée.

DSC_0600.jpg

la porte d'entrée de la forteresse.

Du parking, pour atteindre le sommet du pog qui se trouve à 1200 m d'altitude il faut compter entre 20 et 30 mn d'ascension sur un sentier accidenté. Arrivé au sommet on découvre la forteresse qui est composée de deux parties bien distinctes, le donjon et la cour intérieure. Si aujourd'hui la cour est vide, à l'époque de la garnison elle abritait divers bâtiments. On accédait au donjon par un escalier en bois qui était escamotable. Aujourd'hui on accède au donjon en le contournant par l'extérieur et par un passage éventré. On peut voir une citerne à son rez-de-chaussée.

DSC_0634.jpg

Vestiges d'un mur de défense sous le donjon.

DSC_0613.jpg

Je donne l'échelle au pied du donjon.

DSC_0603.jpg

 Le donjon qui est solidaire des murs de l'enceinte.

DSC_0620.jpg

 La citerne et au-dessus restes du cellier au premier étage du donjon.

A l'opposé de la porte par laquelle on est entré dans la citadelle, la seconde porte donne accès aux terrasses nord. On peut y découvrir les vestiges du village qui était occupé par les cathares. L'habitat (dont seulement trente pour cent a été fouillé à ce jour) s'étageait sur trois niveaux de terrasses jusqu'au bord du vide. On peut y voir des escaliers taillés dans le rocher, des pans de mur et des citernes. 

DSC_0609.jpg

Vestiges d'une maison.

DSC_0579.jpg

Reconstitution d'une maison "cathare" de Montségur  (source musée de Montségur).

DSC_0618.jpg

Au centre, Roc de la tor, emplacement d'une tour de guet surplombat une falaise de 80 m.

Le site de Montségur ne se résume pas à sa seule forteresse. Il est le symbole de la résistance en terre du Languedoc. Alors que tout le pays était soumis aux croisés Montségur a résisté aux assauts répétés de plusieurs milliers d'hommes. Le siège de Montségur a duré pendant 10 longs mois. Ces cathares qui n'ont jamais voulu renier leur foi devant l'inquisiteur (plus de 250) ont péri brulés vifs sur le bucher le 16 mars 1244. Une stèle a été érigée en souvenir sur le sentier qui mène au pog.

DSC_0635.jpg

Le village actuel de Montségur vu depuis le pog. 

Au coeur du village se trouve le musée archéologique qui permet de compléter la visite du château. Des maquettes sont exposées ainsi que de nombreuses vitrines montrant les objets de la vie quotidienne des cathares dans leur village situé en contre bas du castrum de Montségur. (ça fera l'objet d'une prochaine note).

DSC_0638.jpg

La stèle aux cathares.

Je recommande ce site : www.espritcathare.org

Un grand merci au guide Fabrice Chambon !  guide.htm   

 

 

 

 

 

 

27/06/2013

Le musée Fleury de Lodève

SAM_0287.jpg

 

Le musée de Lodève est installé dans un hôtel particulier des XVIe et XVIIe siècles, maison natale du cardinal de Fleury qui fut le principal ministre de l'Etat sous Louis XV. Le bâtiment s'articule autour d'une cour centrale qui est ornée d'un pavage de galets. Le bâtiment est classé au titre des monuments historiques. Le rez-de-chaussée sert de lieu d'exposition d'oeuvres d'art et une salle présente des stèles discoïdales qui ont été découvertes à Usclas-du-Bosc.

Mais le plus grand attrait de ce musée se situe à l'étage ou l'on pourra y découvrir la très grande richesse géologique et paléontologique du lodévois. L'autre atout majeur de ce musée est représenté par les collections d'archéologie préhistorique avec des centaines d'objets et de vases qui ont été trouvés dans les nombreuses grottes et monuments mégalithiques de cette région de Lodève.

DSC_0301.jpg

La cour pavée.

C'est en 1987 que ces collections ont été présentées au musée Fleury. Auparavant c'est dans la chapelle des Carmes qu'étaient réunis ces trésors depuis 1963. Et il convient de mentionner et de rendre hommage à celui qui est à l'origine de cette importante collection et dont on se demande bien pourquoi son nom n'est jamais cité dans la présentation officielle des collections du musée.

Ce monsieur à qui l'on doit ces belles découvertes s'appelait Charles Bessière, j'ai eu la chance de le rencontrer lorsqu'il était conservateur du musée Audibert qui était alors installé dans la chapelle des Carmes. Selon Georges Demathieu de l'Université de Bourgogne Charles Bessière est le premier a avoir  découvert dès 1960  des empreintes de pas de dinosaures dans les causses du sud de la France.

DSC_0159.JPG

Vitrines présentant la géologie. 

Le Lodèvois est connu des géologues et des paléontologues pour ses terrains de couleur rougeatre appelés localement  "ruffes" qui ont livré autrefois lors de l'exploitation de carrières à Rabejac ou lors des travaux liés à la recherche de l'uranium, de nombreuses empreintes de pas de reptiles, mais aussi des végétaux, des empreintes de gouttes d'eau et plus rarement des ossements de vertébrés. On y a aussi découvert des empreintes de libelulles géantes. Ces terrains datent d'environ 290 millions d'années, ils correspondent à la fin de l'ère Paléozoïque, étage du Permien. Le musée de Lodève présente de nombreuses pièces de cette période géologique.

trilo.jpg

Trilobite Niobella fourneti dans un nodule de l'Ordovicien de Péret.

lodeve.jpg

Conifère (Octavia hypnoides), les Tuilières, Autunien gris de Lodève.

DSC_0213.JPG

Cônes de conifère type Walchia.

DSC_0215.jpg

Empreintes de Dimetropus nicolasi, Saxonien de Rabejac.

 

 

DSC_0218.jpg

Tibia droit d'Onchiodon (Amphibien) sur un fragment de dalle du Permien de Lodève.

DSC_0204.jpg

Empreinte et contre-empreinte de Triopsidés (crustacés).

DSC_0202.jpg

Empreintes de pas d'un animal marchant à petits pas dans l'eau (Salichnium pectinatus).

DSC_0197.jpg

Vitrines présentant divers fossiles, du Carbonifère supérieur au Jurassique.

Il y a environ 250 millions d'années des ancètres des crocodiles ont laissé leurs empreintes de pas sur des fonds marécageux. Au Nord de Lodève, près de Fozières des contre-empreintes de pas de Cheirotherium ont été trouvées dans des blocs de grès (sable consolidé en une roche très dure). 

chiro.jpg

Contre-empreintes de pas de Chirotherium barthii, Trias moyen de Fozières.

On peut aussi voir dans le musée des fossiles du Secondaire, ammonites, crocodilien, ichtyosaures ainsi qu'une vitrine présentant des vertébrés quaternaires.

DSC_0181.jpg

Fragment de palais de Teleosaurus sp. (crocodile marin) du Jurassique inférieur.

DSC_0183.jpg

Côtes d'Ichtiosaurus (reptile marin).

DSC_0275.jpg

Défense d'éléphant.

Le musée présente aussi des collections importantes d'archéologie, préhistoire (période néolithique) antiquité, ainsi que des stèles discoïdales. 

DSC_0269_2.jpg

Vases à cordons néolithiques.

DSC_0240.jpg

Vase orné de pastilles au repoussé.

DSC_0282.jpg

Vitrines présentant la période antique.

DSC_0281_2.jpg

Céramique sigillée de la Graufesenque.

DSC_0284.jpg

Stèles discoïdales.

Pour visiter le musee de Lodève :  le-musee-pratique

(Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur)

17/06/2013

Excursion archéologique à Saint-Rémy-de-Provence

L'ASPAHC organise une excursion archéologique dans les Bouches-du-Rhône le 30 juin 2013. Cette sortie permettra de découvrir la cité antique de GLANUM au pied des Alpilles. Cette cité antique de l'empire romain a connu son apogée à l'époque du premier empereur romain Auguste. C'était auparavant une cité grecque -Glanon- vouée à un dieu guérisseur.img02.jpg

Les Antiques, arc et mausolée.

A l'entrée du site on pourra découvrir l'arc de triomphe et le mausolée que l'on désigne sous le nom de "les Antiques" de Saint-Rémy-de-Provence. Puis on visitera la cité antique qui révéle un urbanisme exemplaire et d'importants monuments religieux et civils. 

Ensuite nous nous dirigerons à Fontvieille ou l'on pourra voir le moulin rendu célèbre par Alphonse Daudet dans "Les lettres de mon moulin". Nous visiterons ensuite l'ensemble monumental de l'acqueduc et de la meunerie gallo-romaine de Barbegal.

fontvieille_devant.jpg

Le moulin de Daudet.

Renseignements et inscriptions: le déplacement s'effectuera en bus avec un départ à 8h30 devant la mairie de Castelnau-de-Guers. Le prix est de 27 € par personne pour le trajet. Prévoir le piquenique, l'entrée au site de Glanum est à règler sur place 6 €…

Inscriptions jusqu'au 20 juin par chèque libellé au nom de ASPAHC à adresser à ASPAHC 8 bis place de la mairie 34120 Castelnau-de-Guers. Tel: 04-67-98-04-58

img01.jpg

Vue aérienne du site de GLANUM (photo DRAC paca SRA).