Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/06/2009

La villa de Quintus Iulius Primus ASPIRAN (Hérault)

La villa gallo-romaine de Saint-Bézard est un établissement vinicole antique situé sur la commune d'Aspiran dans la moyenne vallée de l'Hérault. C'est à la suite de travaux agricoles que G.Combarnous découvrit le site dans les années 1950. P.-Y.Genty y fit des sondages en 1978 et depuis 2006 une fouille programmée du site est dirigée par S.Mauné (CNRS) et B.Durand (Université Montpellier III).

 

vallee_dourbie-1.jpg
Vue du site avant les fouilles.

Disposant de la citoyenneté romaine comme l'indiquent ses tria nomina (prénom, nom de famille et surnom), Quintus pourrait être le fils d'un colon romain installé par Auguste sur le territoire de la colonie de Béziers dans les années 30 av. n.è. ou bien un immigré italien de la région de Pouzolles (Campanie) établi dans la vallée de l'Hérault pour y développer ses affaires au tout début du 1er s.

La découverte de plusieurs documents épigraphiques distincts mentionnant son nom prouve qu'il s'agit bien du fondateur/propriétaire de la villa en cours de fouille. Dans l'atelier de potier attenant à la villa on a trouvé plusieurs estampilles portant les tria nomina. Quintus est aussi mentionné par un timbre sur dolium connu en deux exemplaires, l'un trouvé sur une autre villa à quelques kilomètres au nord, le second exemplaire a été trouvé lors de la fouille d'un four à dolia sur le site. Enfin un anneau en bronze porte une mention de Quintus et le fait le plus intéressant  est une coupe décorée qui porte un timbre de Quintus qui a été mise à jour au fond d'une fosse et qui était protégée par des fragments de dolium. Il s'agit d'un dépôt de fondation destiné à la protection de la villa et de ses occupants.

 

villa-generale_aspiran.JPG

Vue générale prise de l'Ouest, des fouilles 2006/2007 cl. S.Mauné 2007.

La villa de St-Bézard a été fondée au début du 1er s par Quintus Iulius Primus, elle est établie à proximité de la rivière Dourbie et en bordure de la voie antique qui longeait le fleuve Hérault depuis St-Thibéry (Cessero) jusqu'à Lodève (Lutéva). Cette situation privilégiée permettait la diffusion des productions locales vers le Massif Central et la Méditerranée depuis le port d'Agde.

 

mas108.jpg

Plan général de la villa.

La villa couvre une surface d'environ un hectare, de vastes installations viticoles ont été fouillées en 2006/2007. D'une forme en U et d'environ 50 m de côté, la villa qui a été établie au sud de l'atelier de potiers est bordée d'une galerie couverte. La construction avec des murs bâtis à la chaux a été édifiée entre 10 et 20 ap. J.-C. Les chais viticoles pouvaient acceuillir 150 dolia. Fabriqués dans l'atelier attenant, les dolia avaient une contenance variant entre 12 et 14 hectolitres. On estime la capacité de stockage de la villa à un peu plus de 1800 hectolitres de vin. Les archéologues estiment que la surface occupée par la vigne était sans doute importante, au moins 60 hectares si l'on attribue au vignoble de Quintus un rendement moyen de 30 hectolitres/ha. On estime à environ une trentaine le nombre de personnes attachées à cette culture, chiffre auquel il faut ajouter les potiers, artisans et ouvriers agricoles nécessaires à la bonne marche du domaine.

 

P4171882.JPG

Le chai en cours de fouille.

Il semblerait que l'activité vinicole semble se maintenir jusque dans la seconde moitié du IIIe s. La fouille des chais a permis d'observer des remaniements qui témoignent de l'activité vinicole pendant plus de 250 ans. On note une organisation rigoureuse des installations vinicoles : une longue rampe d'accès permettait aux charettes chargées de raisin d'atteindre la plate-forme où étaient installés les fouloirs et les pressoirs. Le jus s'écoulait par gravité dans deux grands dolia et une cuve de réception avant d'être stocké, pour sa vinification, dans les dolia.

 

P4171890.JPG

Deux niveaux de dolia.

 

img_1193738263078.jpg

Dolium, Musée de Lattes (Hérault).

 

beaucaire-gouter-vin-romain-gard-1.jpg

Pressoir romain reconstitué et jarres à vin (dolia) au Mas des Tourelles, Beaucaire (Gard).

Des constructions à usage thermal ont été ajoutées dans les années 20/40. Une vaste piscine à abside a enfin été ajoutée au dispositif, probablement dans le courant du Ier s. La villa reste occupée jusqu'au Ve s.

 

piscine.JPG
La piscine au sol en béton de tuileau.

 

Sources: La villa de Quintius Iulius Primus ASPIRAN (Hérault) plaquette éditée par le Club archéologique de Montagnac-Pézenas 2008.

19/06/2009

Qui s'en est pris à la stèle à Denis Dainat ?

 

IMG_1471_2.JPG

La stèle qui avait été inaugurée le 6 décembre 2008.

La stèle qui avait été érigée en décembre dernier au col de fambétou entre l'Hortus et le pic Saint Loup, en hommage à notre ami Denis Dainat a disparu, cassée au niveau de sa base. Nous n'avons pas assez de mots pour qualifier cet acte de vandalisme et nous ne comprenons pas pourquoi cela a été fait. Denis était connu et apprécié par une foule de gens et nombreux étaient ceux qui avaient participé à cet hommage, amis, grimpeurs, spéléos, archéologues, randonneurs, famille, etc. C'est dégueulasse ! 

15/06/2009

Des nouvelles du Pont de Pailhès à Pézenas

Récemment le Conseil Général de l'Hérault nous a fait  savoir dans un courrier en date du 24 avril 2009 que "la mise en valeur des ouvrages d'art avec un intérêt patrimonial est au coeur des préoccupations du département de l'Hérault". "Plus particulièrement sur les ponts métalliques de la fin du XIXème et du début du XXème siècle, nous avons engagé un programme pluriannuel de réhabilitation ambitieux". A la lecture de ces phrases nous étions ravis, mais nous avons du vite déchanter lorsque nous avons lu la suite....

Et nous avons même failli verser des larmes tellement les écrits étaient émouvants, vous jugerez:

"Les diagnostics détaillés du pont de Pailhès, et notamment celui datant de 1998, ont clairement montré que la stabilité propre de l'ouvrage était à peine assurée. Les surcharges des dalles en béton de 1928, qui n'avaient pas été prises en compte dans les calculs initiaux, ont généré des ruptures de fils sur les cables et un basculement inquiétant des pylônes vers l'Hérault".

IMG_2199.JPG

Vue du chantier de démolition depuis Pézenas.

Et c'est là qu'on sort les mouchoirs: "L'analyse technico-économique des différentes solutions n'a pu malheureusement aboutir qu'au choix raisonné d'une démolition de cet ouvrage. CETTE ISSUE EST EN PREMIER LIEU PENIBLE POUR NOUS, notre vocation étant plus à bâtir des ponts qu'à les déconstruire. Les exigences réglementaires de la Loi sur l'Eau, avec les contraintes environnementales liées à la présence d'amiante, de plomb et de goudron dans les structures, ont finalement imposé un véritable chantier de déconstruction évalué à 568 000 euros TTC.

IMG_2206.JPG

Côté Pézenas les abords du chantier ont été débroussaillés.

Malgré la mobilisation (articles de presse, réunions avec les élus) le Conseil Général de l'Hérault persiste dans sa logique de destruction de cet élément du patrimoine. Depuis quelques jours des entreprises s'affairent autour du pont. Nous ne sommes pas résignés et nous continuons pour notre part notre combat pour la sauvegarde du Pont de Pailhès.

IMG_2217.JPG

Vue du pont depuis Castelnau-de-Guers.

 

 

07/06/2009

Découverte géologique du Luberon (3)

Ce troisième volet de notre balade géologique en Luberon nous conduit à la visite du musée paléontologique et archéologique de Vachères, village perché de Haute-Provence situé entre Apt et Forcalquier. Les habitants de la commune de Vachères et la Municipalité, dans un vouloir de protection du patrimoine local, ont créé ce musée en 1958. Cinquante ans après, ils lui ont donné un second souffle en le rénovant et en enrichissant ses collections de pièces inconnues du public. La salle de paléontologie présente en particulier des fossiles animaux et végétaux qui sont magnifiquement conservés sur des calcaires en plaquettes de l'Oligocène - (30 millions d'années).

musee-vacheres-bachitherium.jpg
Le Bachitherium de Vachères

En 1981 un squelette d'un petit herbivore identifié comme étant un Bachitherium de grande taille a été découvert sur le site de Vachères. C'est le premier et le seul squelette complet de ce chevrotin (qui vit actuellement en Afrique et en Asie) connu jusqu'à présent dans le monde. Le gisement de Vachères a livré en quantité des poissons fossiles appartenant à l'espèce Dapalis macrurus, des végétaux, des insectes et des fossiles plus rares d'oiseaux, grenouilles, reptiles.

IMG_208vitrine paléonto8.JPG

Salle de paléontologie, poissons fossiles.

salle paléonto.JPG

Salle de paléontologie, au centre moulage du crâne de dugong de Manosque.

poisson.JPG

Poissons fossiles, le plus gros sorte de perche et le petit " dapalis macrurus" très abondant dans les gisements.

salle archéo.JPG
La salle d'archéologie.

Il y a 120 000 ans, d'importants gîtes de silex ont été exploités par l'homme au pied de Vachères. Ils leur ont fourni la matière première pour fabriquer des armes de défense et de chasse.  

IMG_2091.JPG

Au Néolithique final, l'exploitation du silex se faisait à l'aide de maillets à gorge (marteaux en pierre emmanchés).

maillet 1.JPG

L'homme a occupé le site de Vachères sans interruption depuis la préhistoire, pratiquant agriculture et élevage. Des vestiges de sépultures isolées comme la tombe de Silvanus et probablement d'un mausolée dont il ne subsiste que la statue dite du Guerrier de Vachères témoignent de l'implantation gallo-romaine.

statue.JPG

Le guerrier de Vachères, statue gallo-romaine.

inscription.JPG

Stèle de Silvanus (Haut-Empire).

stat mediév.JPG

Sculpture antique ou médiévale

maquette.JPG

Maquette de site.

moulins.JPG

Moulins à sel XVIIIe-XIXe s. en calcaire de Vachères.

 

Musée municipal de Vachères, musée de France, entrée à l'école communale.

 Ouvert tous les jours en Juillet et août 10h-12h/15h-18h, de septembre à juin : consulter le répondeur du Musée 04 92 75 67 21

 

 

 

 

 

 

04/06/2009

Découverte géologique du Luberon (2)

 Si vous visitez le Luberon et que la géologie vous passionne, je vous conseille d'aller visiter la Maison du Parc naturel régional du Luberon qui est située dans la ville d'Apt. On y découvre la richesse du patrimoine géologique, roches, fossiles, paysages, qui a amené il y a une vingtaine d'années à la création de la réserve naturelle géologique du Luberon.

IMG_2052.JPG

Au fil de l’histoire géologique du Luberon depuis 150 millions d’années, on feuillette les archives de la Terre et de la Vie, qui ont permis de reconstituer les paléo-géographies et paléo-environnements des mondes passée et disparus. Des fresques font revivre ces paysages anciens du Luberon, marin, lacustre ou continental.  A voir aussi à la Maison du Parc : l’exposition permanente «Genèse d’un territoire remarquable» présentant aussi les milieux naturels (faune et flore) du Luberon, l’habitat et les villages perchés et des expositions temporaires.

DSCN2828.JPG
IMG_2066.JPG
IMG_2035.JPG

Cette région est réputée pour les fossiles du Tertiaire que l'on trouve dans des roches beige ou jaune clair d'aspect feuilleté autour de Viens, Céreste, Vachères. Ce sont des calcaires qui sont pour le paléontologue une source d'information inestimable. 

DSCN2826.JPG
IMG_2046_2.JPG

On trouve au hasard du clivage des plaquettes de calcaire des poissons en abondance, mais également des feuilles, des insectes, des grenouilles, des oiseaux, des tortues et même un crocodile, tous ces restes étant parfaitement conservés. Ici une grenouille fossilisée.

IMG_2051.JPG
.

IMG_2059.JPG

 Coquillages, dents de requins

IMG_2054.JPG

 Os de Deinotherium, mandibule de sanglier, mandibule de rhinocéros.

IMG_2033.JPG

 Fossile d'oiseau (sorte d'ibis) dont on peut observer les plumes qui sont parfaitement conservées. 

IMG_2053.JPG

 Crâne d'hipparion (équidé) provenant de Cucuron.

IMG_2044.JPG

 Squelette de Dugon (sirénien) provenant de Manosque.

IMG_2069.JPG

Panneau présentant la formation des montagnes, avec des maquettes qui permettent de comprendre comment se sont formés des failles, plis et synclinaux.

 

 La maison du parc du Luberon est installée dans un hôtel particulier du XVIIIe siècle qui se trouve dans le centre historique. 

Maison du Parc naturel régional du Luberon

60 place Jean Jaurès 84404 APT

Tél. 04.90.04.42.00

paleon.htm